AccueilAccueil  NouvellesNouvelles  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum de RP mêlant une ambiance futuriste et un vaste continent moyenâgeux

Partagez | 

Voir le sujet précédent Akhil Ly'Sael, Troisième Prince d'Al'Karyn, 24 ans Voir le sujet suivant

Admin~ Logique et fonctionnalités
avatar

Akhil Ly'Sael

Troisième Prince d'Al'Karyn
Civils
En brefAkhil a vu le jour le 15 Décembre 1181 (il y a 24 ans), sur les terres d'Hérial.
Ses parents sont Lurielle Solars et Amaril Ly'Sael, ayant aussi pour enfant(s) Assalil et Mahil.
Il est actuellement célibataire, n'a pas de descendants et réside principalement ici : Palais d'Al'Karyn.

Akhil mesure 1.82m et pèse 79kg (IMC : 23.85).
Sa peau est naturellement légèrement bronzée, ses cheveux blond caramel et ses yeux brun ambre-chocolat.
Physique
Il se dégage d'Akhil un mélange étonnant entre l'aura d'un guerrier et le calme d'un diplomate. On sent en lui l'homme du désert, habitué à survivre dans les conditions les plus rudes, à affronter les créatures des sables comme le froid de la nuit et la cuisante chaleur du jour.
Mais s'il possède effectivement une fougue guerrière ses études princières et le milieu dans lequel il a évolué se voient dans son attitude. Ses gestes sont souvent mesurés en société, sa voix est posée, parfois même assez douce. Et pourtant il a appris à être autoritaire lorsqu'il le fallait, à être digne de sa lignée.
Il est assez grand et assez fort pour ne pas passer inaperçu, mais pour autant ce n'est pas un colosse, certains de ses gardes royaux le dépassent de plusieurs centimètres, en largeur comme en hauteur. Il s'habille souvent de sombre, de préférence dans des tissus ne l'entravant pas, et peut aussi bien revêtir les habits de son rang que ceux d'un simple voyageur ou d'un guerrier selon les circonstances.
Psychologie
Il est difficile pour un regard extérieur de cerner avec précision le caractère d'Akhil, car il y a clairement en lui le personnage public et l'homme privé. Le grand respect qu'il peut afficher à la cour pour ses frères aînés est parfois teinté d'un peu de jalousie, voire de rancœur quand l'un de ses frères contrarie ses plans, mais il ne le montrera jamais hors de sa sphère privée.
Déterminé, d'une intelligence prouvée par les tests passés à la mort de son père et durant ses études, il peut néanmoins s'avérer buté et sa droiture peut s'en trouver ébranlée. Il peut parfois se montrer intraitable dans un accès de colère, mais ces derniers restent rares et il arrive généralement à se canaliser. Akhil est sincèrement soucieux de son peuple et de sa charge, et même si la fougue de sa jeunesse le porte parfois à préférer un entraînement ou une traque à l'étude d'un dossier complexe il y reviendra toujours. On lui connaît par ailleurs un certain intérêt pour les intrigues politiques et il aime écouter de bons récits sur des guerriers émérites. Il peut lui arriver de flirter un peu avec des personnes ayant un attrait particulier à ses yeux mais on ne lui connaît pas de relation sérieuse et on ignore même s'il a des préférences de genre.
Objectifs
Actuellement le prince travaille avec ses collaborateurs à un projet d'assainissement des rues des quartiers les plus défavorisés, persuadé que cela ne peut que bénéficier à l'ensemble de la ville. A long terme il aimerait augmenter la surface des terres cultivables autour d'Al'Karyn, un exploit qui prouverait la légitimité de sa dynastie à la tête de la cité-état.
Divers
Akhil a un certain goût pour le vin, et il lui arrive d'en abuser un peu. Heureusement il peut compter sur son amie de longue date, Liara, pour lui éviter des débordements. Il possède un faucon, Altràn, ainsi qu'un étalion nommé Vent du Nord. Il prie avec application les dieux liés à ses fonctions lors des cérémonies mais on ignore s'il est plus dévoué à l'un qu'à l'autre dans ses dévotions privées.


Pouvoir/objet magique : Il possède une pierre élémentaire lui permettant de créer une petite quantité de l'un des quatre éléments. Après une utilisation la pierre restera inactive pendant trois à quatre jours.
Evolution prévue : La pierre pourra créer ou manipuler une plus grande quantité de l'un des éléments mais gardera sa période de sommeil.
Histoire
Lorsqu'Akhil vit le jour sa mère avait déjà deux fils, Assalil et Mahil, respectivement âgés de sept et quatre ans. Son père étant prince il bénéficia de la meilleure éducation possible et montra dès son plus jeune âge un intérêt certain pour la santé, la politique et l'élevage. Dans son enfance il ne s'intéressa guère aux armes, les jugeant trop bruyantes et préférant étudier ou écouter des récits sur de grands guerriers. Il n'imaginait pas un instant que le domaine de la guerre soit pour lui, d'autant plus lorsqu'il voyait son frère Mahil se battre.
Il vouait une admiration sans bornes à ce dernier dans ce domaine, et ratait rarement ses entraînements publics. Les quatre ans qui les séparaient lui semblaient un abysse infranchissable, ce qui dans un sens le satisfaisait car il ne se sentait pas obligé de le rattraper en terme de compétences martiales.
En revanche ses relations avec son frère le plus âgé étaient entachées par la jalousie qu'il nourrissait à son égard. Assalil était d'une intelligence vive et cela était renforcé par sa mémoire lui permettant d'accumuler de nombreuses connaissances. On le traitait presque avec le même respect qu'un érudit alors même qu'il n'était qu'un adolescent, et cela n'était pas du goût d'Akhil, qu'on considérait encore comme l'enfant qu'il était. Pire encore, Assalil le regardait avec la tendresse d'un grand frère et l'encourageait dans ses efforts, se souciait sincèrement de ses études. Akhil était donc le seul fautif dans les tensions qui pouvaient se créer, et il en était dépité.

Puis, en grandissant, il apprit la subtilité et comprit qu'il n'était pas digne d'un fils de prince d'afficher aussi facilement sa contrariété. Il ne pouvait encore savoir qu'il allait un jour devenir prince, ses cousins pouvant remporter la mise à la mort de son père et de ses oncles, mais il devait néanmoins faire honneur à son père et à leur famille.
Il s'assagit et vit l'attitude de son père se modifier à son égard, eut l'impression de le rendre réellement fier alors que jusque là Amaril n'avait éprouvé envers lui qu'une tendresse paternelle.
Hélas cette amélioration fut de courte durée. Non par la faute d'Akhil, qui continuait à faire de son mieux publiquement malgré quelques échecs en privé, mais parce-que la mort frappa le dernier prince, son père, mettant un terme cruellement définitif à la fierté paternelle.
La mort d'Amaril était déjà une épreuve difficile à surmonter, mais voir son frère, son héros guerrier, revenir mourant jeta une ombre sur la fin de son adolescence, le plongeant brutalement dans une angoisse nouvelle et le faisant tout à fait sortir de l'enfance.
Il veilla Mahil aussi longtemps qu'on le laissa faire, souvent en compagnie de leur mère, qu'Assalil était heureusement en mesure de soutenir. Pendant trois jours le second fils d'Amaril resta pratiquement inconscient, ne se réveillant que pour exprimer brièvement les délires de sa fièvre, et lorsqu'Akhil comprit qu'il ne serait jamais en état d'accompagner son père jusqu'à son tombeau pour se recueillir avec lui lors de la cérémonie ses larmes furent difficiles à arrêter. Affronter le visage de son père, rendu glacial et pâle par la mort, était déjà une terrible épreuve, mais imaginer que Mahil ne puisse se rendre à la cérémonie, et pire encore risque de trouver son propre tombeau peu après, était insupportable à ses yeux.
Pourtant il fallut bien qu'il entende les paroles du prêtre d'Ashin'Tar, qu'il assiste aux rituels accompagnant la mise au tombeau de son père. Ce jour-là il mit de côté sa jalousie et sa rancœur envers son frère le plus âgé, et apprécia son soutien et son amour fraternel à leurs justes valeurs.
Il resta longtemps devant le tombeau refermé, hébété. Une page se tournait, il en était conscient, mais il n'arrivait pas à se décider à bouger ou à envisager l'avenir. Il n'avait que seize ans, bien que son anniversaire soit seulement un mois plus tard, il n'était pas prêt. On le laissa porter son deuil comme il l'entendait, seuls deux hommes veillant sur lui en silence, à distance, respectant sa détresse sans pouvoir intervenir.
Puis, le lendemain, Assalil vint le chercher. Il lui demanda de continuer à veiller sur leur frère comme il l'avait fait depuis le retour du guerrier, lui assurant que le voir lorsqu'il se réveillerait lui ferait du bien. Akhil obéit, conscient que son aîné avait raison.
Il resta dans la chambre plongée dans la pénombre pendant des jours, ne la quittant que lorsqu'on soignait Mahil. Ce dernier finit par reprendre ses sens quatre jours après la mise au tombeau d'Amaril. Le regard grave et la mine sombre de son jeune frère lui firent comprendre immédiatement que leur père n'avait pas survécu. Il supporta la nouvelle avec la dignité d'un guerrier, mais il était visible qu'elle était lourde à porter.

Après cela Akhil n'eut plus de raison de rester auprès de son frère et retourna dans ses quartiers. Il se sentit alors si seul qu'il en fut désemparé. Il avait bien quelques connaissances de son âge à la cour, mais il n'y en avait aucune avec laquelle il puisse envisager de partager sa peine. Il s'entendait plutôt bien avec ses deux cousins mais ces derniers étaient plus âgés et il n'en était pas proche comme il aurait pu le vouloir en ces instants tragiques. Sa mère quant à elle avait déjà sa propre peine, et il n'était pas question de lui ajouter la sienne.
C'est alors qu'il fit la connaissance de Liara. Leur rencontre fut brutale, aussi bien par son côté soudain que par son aspect physique, puisque l'adolescente le percuta de plein fouet au détour d'un couloir, ayant tourné court pour de toute évidence échapper à ses poursuivants, qui lui ordonnaient en vain de s'arrêter. Akhil n'eut d'abord pas le temps de comprendre grand chose à l'histoire, puisque l'adolescente se remit rapidement à courir, de même que les deux gardes qui tentaient de l'appréhender.
Mais désormais quelque chose de nouveau occupait son esprit, il fallait qu'il sache pourquoi une jeune fille avait cru bon de lui foncer dessus et de désobéir aux gardes du palais.
Bien qu'il n'ait encore aucun titre personne n'ignorait qu'il serait peut-être un jour un prince avec tout ce que cela impliquait, ce qui lui facilitait grandement les choses, et qui l'aida dans son enquête.
Il ne lui fut pas difficile d'apprendre que l'adolescente était la fille d'une servante, puis qu'elle était accusée d'avoir volé les bijoux d'une commerçante venue au palais. Il suivit avec intérêt l'affaire, qui étant arrivée au palais impliquait l'honneur de celui-ci et était prise avec un grand sérieux. Une adolescente ne pouvait décemment pas se rire de la garde princière sans représailles !
Pourtant elle devait être habile, car il fallut cinq jours entiers avant de mettre la main sur la petite criminelle. On la conduisit rapidement en prison et, averti, Akhil lui rendit visite.
Il ne chercha pas à cacher son identité, et d'ailleurs la jeune fille n'eut aucun mal à le reconnaître. Le désert était vaste mais Liara n'était pas la fille de n'importe quelle servante et avait donc ses entrées au palais, elle avait déjà eu l'occasion de voir un portrait du jeune homme, et même de l'apercevoir de loin.
Ils discutèrent longtemps. Liara n'avait au début pas envie de parler au jeune homme, mais elle finit par mettre de côté ses réticences en se souvenant qu'il avait récemment perdu son père et avait bien le droit à quelques égards. Akhil eut rapidement une profonde sympathie pour elle et pour son histoire, et il promit de faire de son mieux pour la tirer de là, si toutefois elle l'y aidait.

Après la mort du dernier prince de nombreuses activités administratives étaient ralenties. Bien sûr les conseillers étaient prêts à prendre le relais, mais les princes avaient toujours su se montrer indispensables et durant les trois mois de deuil il était évident que peu d'actions seraient entreprises sinon celles faisant partie de la routine ou assurant la survie des habitants du désert. De ce fait la justice était elle aussi plus lente, et les petits crimes avaient tendance à être pardonnés plus facilement pourvu de trouver réparation. Liara avait bel et bien volé les bijoux de la commerçante, mais elle ne l'avait pas choisie au hasard. Elle était riche, assez injuste envers ses serviteurs, et même soupçonnée d'avoir écourté la vie de son mari pour avoir le contrôle absolu de leurs affaires. Tout cela ne justifiait pas un vol, mais l'adolescente était plutôt charmante, et l'intérêt d'Akhil ne pouvait passer inaperçu.
Le jeune homme manœuvra habilement et parvint à se porter garant de Liara. Elle ne pouvait restituer les bijoux volés et leur montant était trop élevé pour qu'elle puisse le rembourser, mais elle promit de servir la commerçante durant quatre mois pour se racheter. Cette peine était dérisoire face au vol, mais la présence d'Akhil à ses côtés avait fait réfléchir la mégère, cette dernière se disant qu'en faisant une faveur à la famille princière elle avait des chances d'en tirer un bénéfice ultérieur.
Liara promit à Akhil de bien se tenir durant ces quatre mois, et il lui fit confiance.

Cette affaire passée, le jeune homme se rendit compte qu'il était désormais prêt à affronter l'avenir. Son père était mort le 18 novembre, et lorsque le 15 décembre suivant il fêta ses dix-sept ans ce fut avec la résolution de tout faire pour être digne de devenir prince à son tour. Quelques jours plus tard il fut stupéfait d'apprendre qu'Assalil était parvenu, avec l'aval de Mahil et de leurs cousins, à le faire accepter aux épreuves servant à classer les prétendants au titre de prince.
Il était encore mineur, ce qui aurait dû lui en interdire l'accès, mais les épreuves se dérouleraient l'année de ses dix-huit ans, aussi le conseil avait décidé de le laisser participer malgré tout.
Cette nouvelle le réjouit d'abord et il remercia son frère pour son initiative, mais ensuite il ressentit une angoisse nouvelle. On l'estimait suffisamment mature pour passer les tests, mais pour autant ses connaissances ne pouvaient qu'être inférieures à celles de ses frères et cousins, puisqu'il avait étudié moins longtemps. Ce fut du moins ce qu'il pensa au début, mais ses professeurs et Liara, qu'il revoyait de temps en temps, le rassurèrent. Si Assalil et l'un de ses cousins avaient en effet beaucoup étudié et engrangé de nombreuses connaissances Mahil et leur autre cousin n'en avaient pas fait autant, ou n'en avaient pas été capables.
Cela remotiva le jeune homme, qui passa dès lors le plus clair de son temps à étudier, ne s'arrêtant que pour se promener à proximité des cultures de l'oasis et observer les techniques agricoles. Il posa quelques questions aux travailleurs, aux responsables, et sans même y songer gagna des connaissances pratiques.
Le moment venu il passa les tests avec une grande application, puis attendit les résultats avec une angoisse si difficile à endiguer que Mahil lui proposa de s'entraîner avec lui et que pour la première fois il accepta. Et il aima cet exercice qu'il avait pourtant toujours fui, au point qu'il demanda à son frère s'il pourrait revenir pour en apprendre plus sur l'art de la guerre.

Lorsque les résultats tombèrent Akhil en fut si heureux qu'il félicita Assalil pour son excellence, oubliant sa jalousie. Il était troisième malgré son âge et face à des hommes d'une intelligence et d'une sagesse reconnues par tous, c'était un exploit dont il pouvait se vanter. Mahil le félicita aussi, ne voyant pas d'inconvénient à ce que son petit frère ait fait mieux que lui, se réjouissant de voir les efforts d'Akhil récompensés.
Quelques jours après l'annonce des résultats Assalil et Mahil reçurent leur titre de prince. Pour Akhil il lui faudrait attendre jusqu'à ses dix-huit ans, mais il pouvait désormais assister aux conseils et donner son avis au même titre qu'un conseiller.
Les frères discutèrent longuement de la répartition des responsabilités, mais c'était plus pour s'assurer que chacun y trouverait son compte que pour les déterminer réellement, car ils se connaissaient suffisamment bien et étaient assez différents pour savoir par avance ce qui conviendrait le mieux à chacun. En sa qualité de premier dans le classement Assalil avait le pouvoir décisionnel, mais en tant que frère aimant il préférait que tout se passe bien.

Le jour de ses dix-huit ans Akhil reçut à son tour le titre princier, et les quartiers en lien avec ce rang dans le palais. Mahil avait sélectionné pour lui les gardes les plus capables et ceux qui lui conviendraient le mieux, sachant aussi bien se montrer discrets que s'afficher avec panache selon les circonstances.
Du jour au lendemain sa vie changea presque radicalement. Ses nouvelles responsabilités l'accaparaient bien sûr énormément, mais l'attitude de ceux qu'il croisait évolua aussi et il ne reconnut plus certains de ses proches. Heureusement Liara resta inchangée et il n'en fut que plus heureux de la fréquenter, mesurant la chance d'avoir une amie qui puisse faire abstraction de son rang.

Au fil des années il s'assagit encore, aiguisa ses talents de diplomate, suivit assidûment les entraînements prodigués par le maître d'armes que Mahil lui avait conseillé. Il laissa derrière lui son adolescence et son statut de fils de prince pour devenir un homme solide et un prince sur lequel on puisse compter. Ce n'était pas un modèle de vertu et il ne pouvait effacer tous ses défauts, mais il s'efforçait de faire honneur à son père et à sa famille et ne voulait surtout pas être en reste de ses frères.

Désormais Akhil est un prince respecté et généralement aimé et il a gagné la confiance de la plupart de ses administrés. Il lui arrive encore de faire des erreurs mais ses conseillers sont là pour le remettre dans le droit chemin, et Liara sait lui faire la leçon s'il se montre trop buté. Bien des gens essayaient de le manipuler pour obtenir ce qu'ils veulent ou d'intriguer pour leurs intérêts mais Akhil aime bien trop les intrigues et la politique pour ne pas leur répondre par le même manège.
Quelques mots sur Evana

Ce personnage est un hybride, il peut donc être joué en tant que PNJ.

Sa fréquence de réponse : Haute
Son expérience du rp : Habitué
Autre(s) personnage(s) : Ileivàn, Lyriàn et Evaline
 

Akhil Ly'Sael, Troisième Prince d'Al'Karyn, 24 ans

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Poster avec [Changer]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Trois Iles :: Prologue :: Vos personnages :: Etat Civil :: Fiches validées :: Le Continent :: Les Civils-
Fermer
Guide de démarrage
Voir le guide complet
Convertisseurs

Temps Universel : Années du calendrier terrestre
Temps Cité : Année 0 = l'humanité entière vit dans la Cité
Temps Continent : Année 0 = l'humanité vivant sur le Continent a débuté son calendrier
OceinSyblinValin
Carte du continent
Pour les écrans de moins de x : ouvrir dans un nouvel onglet