AccueilAccueil  NouvellesNouvelles  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum de RP mêlant une ambiance futuriste et un vaste continent moyenâgeux

Partagez | 

Voir le sujet précédent Une rencontre qui ne s'oublie pas [Ileivàn - Terminée] Voir le sujet suivant

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
avatar
Alors là...Alors là ! C’était le pompon ! J'avais été honnête avec lui, je lui avait suggéré la vérité, j'avais eu la gentillesse de le mettre en garde et voilà qu'il souhaitait me traiter comme un vulgaire...un vulgaire...je sais pas quoi d’ailleurs ! Devant sa corpulence et son air menaçant je pris peur. Je senti mon pouvoir s'activer. c’était comme une légère décharge électrique traversant mon corps de part en part. La peur grandissait et le pouvoir s'écoulait comme un hale protecteur et rassurant. Devant la corde j’étais terrifié... Vous allez me dire qu'en tant que représentant de l'ordre c’était stupide mais j’étais pas vraiment homme d'action comme vous avez pu le remarquer, je vais sur le terrain mais éloigné de l'action...La corde, son air menacent me renvoya bien des années en arrière...sa demande bien que polie me donna l'impression de se calquer sur la voie de cet homme qui murmurant à mon oreille de gamin d'être en gentil garçon et de ne pas bouger m'avait ligoter sur la chaise en face de mes parents. je sens encore son doigts passer sur ma joue ... je revoit ma mère sanglotant me dire de faire ce qu'il disent que cela allait être bientôt finis...Mon père inconscient, le sens goutant de ses lèvres tuméfiait par un coup porté par nos agresseurs lors de leur entrée

J’étais pétrifié, anéantis par ses quelques souvenir priant que le reste ne vienne pas, j'avais beau allait voir quelqu'un le passé hanté toujours ma mémoire. Je devait être livide, mon pouvoir activé aux maximum, ne me rendant même pas compte qu'il ne fonctionnait pas...Ce qui me sorti de ma torpeur c'est l'attaque de la créature. Reprenant mes esprits je recula vivement pour laisser amplement la place a ceux qui savait très bien se battre...c'est la que je tilta que mon pouvoir n'avait pas fonctionnait sur le géant. je fut un instant perplexe mais ce n’était pas réellement le moment de se poser des questions sur cela. Pour le moment c’était de sauver notre peau a tout les deux ! oui je dit bien tout les deux car même si au vu des agissements de l'homme il me donnait plutôt envie de courir a toute jambe...Non j’étais quelqu'un qui protège les autres...alors même la peur au ventre je doit l'aider !

j’étais entrain de chercher quoi faire quand la créature jeta son acide mortel, cette fois si mon pouvoir fonctionna. un moment surréaliste ou le jet sembla se figer le temps que j'esquive et m'éloigne le plus possible avant de reprendre sa route vers l'arbre...le pauvre. Mon regard se tourna sur la scène de combat, l'homme n'avait pas l'air d'avoir besoin d'un coup de main...il se débrouillait très biens sans moi...mais les petits ne devaient pas être très loin...voyons voir ce que j'avais dans le sac en cas de problème de se genre...Le temps manquant je le retourna pour vider le contenu au sol, des cartes, des provisions...rien de bien utile dans ses cas là...ah un petit poignard..mouais c'est pas ça qui va être très utile...il faudrait de quoi les brûler...Le voyant achever la bête je me précipita vers lui, essoufflé par la peur

-dites...ça va ? les petits arrivent...vous avez de quoi faire du feu? il faudrait pouvoir les enflammer...si on perce le corps l'acide va se rependre et c'est pas bon...

je l'observa pour voir s'il avait besoin d'un quelconque pansement puis rapidement j’ajoutai

-n'essayait plus de m'attacher ! je ne sais pas pour quoi vous me prenez mais vous avez tors !...vous n'avez pas l'air de faire confiance à beaucoup de monde...je le sais car je suis pareille ...le passé ne changera pas ...la stupidité et la méchanceté des gens non plus...mais parfois pour avancer il faut arriver à faire confiance au autre...je suis désolé de vous avoir menti...mais mes dernier propos sont la vérité ...je peux pas vous dire la vérité sans vous impliquer vous et votre famille dans quelque chose qui n'est pas sur...


je lui tendis timidement la main, parfois il fallait savoir mettre sa fierté de côté c'est ce que j'avais appris en étant avec mon frère et mes collègues de bureaux.

-On peu reprendre sur de bonne base ?

Puis mon visage se tourna vers les forets le mouvement annonçait rien de bon...
avatar
Une fois la créature morte il balaya les environs du regard, écouta, reprenant en même temps sa respiration et se massant légèrement la tête. Il avait une petite bosse, mais rien de grave. Un tel résultat pour ce genre de combat était plus que satisfaisant, d'autant plus qu'aucun de ses vêtements n'avait été abîmé dans l'affaire, ce qui lui éviterait des travaux de couture.
Il récupéra les deux armes qu'il avait lâchées dans le combat, dont une encore fichée dans le monstre, observa et écouta à nouveau les alentours puis se baissa près du cadavre pour soigneusement découper une des extrémités griffues de la créature, significative. Cela fait il se releva, alla chercher son sac lâché un peu plus loin, l'ouvrit pour en tirer un morceau de peau tannée assez grand pour envelopper son butin. A ce moment il remarqua que l'inconnu était en train de lui parler, et qu'il en avait probablement raté un bon morceau. Il lui jeta un œil, le vit tendre la main vers lui, entendit sa question.

« Qu'est-ce que vous voulez reprendre au juste ? » répondit-il, méfiant.

Il se dirigea vers le morceau de créature découpé, l'enveloppa, le ficela étroitement puis commença à grimper dans un arbre qu'il avait repéré dans ses vérifications antérieures. Lorsqu'il eut atteint une branche à environ quatre mètres de haut il plaqua son paquet contre l'écorce et l'y attacha. Cela fait il redescendit, et avant de quitter la dernière branche il tira de sa poche un ruban rouge un peu abîmé, qu'il noua fermement autour d'une petite ramification. Puis il se laissa tomber sur le sol, se redressa et tira sa gourde de son sac pour y boire quelques gorgées. Il la reboucha ensuite soigneusement, la remit à sa place et balança son sac sur son dos. Il avait écouté la réponse de l'inconnu ce faisant, même s'il n'avait pas spécialement semblé le faire. Il s'assura de ne pas se tromper de direction pour continuer sa chasse, leva les yeux pour voir où en était la course du soleil et le temps qui s'annonçait, et repartit d'un bon pas, comme si aucun dangereux combat n'avait eu lieu. La créature était morte, il s'en sortait indemne, le type qui le suivait aussi, il n'était pas utile de s'y attarder. Il restait persuadé qu'il devait se débarrasser de lui, mais il avait perdu assez de temps avec la goulauke pour ne pas en perdre avec lui pour le moment. Plus tard, quand il aurait accompli ce qu'il s'était donné pour objectif, il s'occuperait du mythomane.


Ileivàn Estebrièn.
avatar
Je refermai mes doigts dans du vide, de la même manière que mes paroles n'ont eu aucune efficacité. J'hésite encore entre le classer dans ma pire humiliation de ma vie ou bien dans la case inutilité...je suis en train de débattre intérieurement, préférant certainement le mettre dans la case inutilité pour ne pas sentir la colère monter. Pour cela en plus je me forçai à faire mes exercices de respiration pour me calmer parce que je vous ne dis pas dans quel état cet enfoiré est en train de me mettre...moi qui ai fait un effort chaque jour pour mon petit frère adoré de ne pas m'énerver contre les autres dans les bouchons matinaux, moi qui ai fait un gros effort pour parler avec mes collègues et ne pas m'enfermer dans mon bureau toute la journée...et là...j'ai fait un gros effort...tout le monde ici et témoins ! bon....seulement les arbres et les oiseaux...mais tout de même...j'ai essayé de communiquer et voilà qu'il me sort méfiant ce que je veux reprendre....j'y crois pas...que quelqu'un le secoue ! lui donne des claques...qu'on me sauve de cet énergumène!!!

Je fus tellement surpris par cette réponse que je ne su quoi répondre sur le moment ou alors quelque chose de complètement hors propos

-euh je sais pas...

mais non ce n'est pas ça qu'il faut répondre ! toi aussi, aurais tu besoin d'une claque Ryuuk ! Je le regardai faire sans vraiment le regarder, me demandant s'il ne fallait pas plutôt que je quitte ce gars-là pour être plus en sécurité et après je pourrais appeler mes collègues, ceux de la section de l'ordre de Mazan...au moins je serais sauvé. Mais l'idée de les appeler me rebute...ce sont mes collègues mais en même temps, pas vraiment...eux ils ont un pouvoir bien plus puissant, ils travaillent essentiellement dans ce monde là pour ramener les gamer un peu trop fous ou les voyageurs perdus et j'ai pas vraiment envie qu'ils me qualifient de voyageur malchanceux ...ou de petit perdu...se serait le pompon...quand vous êtes petit on se moque souvent de votre taille...ben on ne me rate pas non plus...c'est détestable ...du coup je le suivi bien malgré moi.

-En tout cas ce n'est pas sympa de ne pas m'avoir écouté alors que je vous avais enfin dit la vérité...

C'était pour voir si là, il m'écoutait, mais bon il devait être persuadé que je suis une créature venu de je ne sais où qui essaye de le nuire...ais-je l'air d'une créature? D'un monstre sanguinaire ? ! il n'a pas les yeux en face des trous ce n'est pas possible !



-Vraiment je ne sais pas pour qui ou...quoi vous me prenez mais vous faites fausse route...j'ai été sincère avec vous ...je ne veux vraiment pas que quelque chose vous arrive ...et vous m'agressez avec une corde...surtout ne refaites plus jamais cela !


un frisson passager traversa mon dos, rien que de penser à la scène précédente. Il n'avait vraiment pas intérêt de me refaire ce coup là ...
avatar
Alors il ne savait pas. Il lui posait une question et il ne savait même pas de quoi il s'agissait. Ou alors il l'impressionnait trop et le déboussolait. Ileivàn avait déjà eu affaire à ce genre de réaction, lorsqu'il occupait un poste important au sein de l'armée et qu'il interrogeait un jeune homme peu sûr de lui. Pourtant cet homme, ou cette créature, ne ressemblait absolument pas à une de ces jeunes recrues pâlissant devant un supérieur à la force évidente. Il avait bien essayé de faire la vierge effarouchée quand il avait émis la thèse de l'esclave en fuite, mais il avait rapidement abandonné, pour leur plus grand bien.
Pour autant, même si le combat n'avait pas étayé la thèse de la créature manipulatrice, le mystère le concernant n'était pas résolu, et Ileivàn restait convaincu qu'il ne pouvait pas le laisser partir vivant sans être certain qu'il ne représenterait jamais une menace pour sa fille, lui-même ou le village.

« C'est bien que vous reconnaissiez que vous n'avez fait que mentir depuis le début. répondit-il lorsque Ryuuk annonça qu'il lui avait « enfin dit la vérité ».

Je suis désolé si j'ai porté plus d'attention à notre sécurité qu'à vos paroles, néanmoins vous avez toute mon attention maintenant alors ne vous privez pas de recommencer à m'expliquer très précisément tous les points de votre histoire qui n'ont pas trouvé la moindre logique mis ensemble jusqu'à maintenant. ajouta-t-il sur un ton d'une amabilité dangereuse.

Et pour vous répondre, non, rassurez-vous, je n'ai aucune intention de recommencer. J'aimerais vous croire, sincèrement, mais jusque là vous n'avez rien dit ou fait qui m'en convainque. Pourtant les choses seraient vraiment plus simples si je pouvais penser que vous êtes une personne saine d'esprit et n'ayant pas la moindre intention néfaste envers qui que ce soit qui me soit cher... Malheureusement vos erreurs incessantes jouent contre vous, mais vous avez de la chance, je suis un homme curieux et j'attends le dénouement avec impatience. » acheva-t-il, cynique.

Bien sûr qu'il n'allait pas recommencer. Ce serait une grave erreur stratégique d'utiliser deux fois la même technique, et encore plus contre un ennemi fuyant. Au combat comme dans beaucoup de domaines, le succès ne pouvait s'obtenir qu'en utilisant plusieurs approches, et si c'était bien une créature manipulatrice, même médiocre, il devait multiplier les précautions.
Pour autant il restait perplexe au sujet de la culpabilité de ce Ryuuk. Si rien en lui n'était logique, il n'avait pas non plus manifesté la moindre intention hostile, et pourtant il lui aurait été sinon facile au moins possible de le tuer en utilisant son arc durant le combat. Il ne l'avait pas fait. Peut-être s'était-il trompé sur ses intentions. Peut-être que même s'il n'était pas humain il ne cherchait pas à lui nuire. Il tourna la tête un instant vers lui, l'observa. Malgré les brûlures qui déchiraient son visage d'une couleur moins vivante il avait un certain charme, et son air boudeur devait plaire aux jeunes femmes. Cependant il n'était pas une jeune femme, de près comme de loin, et s'il avait voulu le séduire efficacement pour le duper une allure plus féminine aurait été plus indiquée... A moins que les créatures de ce type ne puissent pas changer de genre et qu'un mâle ne puisse prendre l'apparence que d'un homme. En tout cas si ce Ryuuk était bel et bien une créature le chasseur en lui était particulièrement intéressé par l'enseignement qu'il pourrait tirer de cette rencontre. Il savait qu'il jouait avec le feu, mais c'était peut-être une occasion unique d'apprendre, qui lui servirait à l'avenir, si cette espèce se répandait. Peut-être devait-il désormais faire semblant de le croire, ou au moins le laisser croire qu'il acceptait sa présence et ne lui causerait pas de mal, quels que soient ses mensonges. Il fallait cependant qu'il joue subtilement. La créature avait pu voir qu'il ne se laissait pas berner facilement, s'il se mettait à le croire sur parole le changement serait trop brusque pour ne pas éveiller ses soupçons. Même si la chasse des Inouuls restait sa priorité du moment, en dehors de l'éloignement de la créature du lieu où vivait sa fille, il se surprit à éprouver une curiosité nouvelle à l'égard de son compagnon inattendu, toujours méfiante et prudente mais néanmoins d'une nature troublante. Peut-être était-il tombé sous son charme après tout, même si le charme qui le ferait se détourner de la sécurité de sa fille n'était pas encore né.


Ileivàn Estebrièn.
avatar
maintenant il voulait que je recommence tout...il se fiche de moi ?! donne moi la force de l’étrangler de mes propres mains ! Mmm non c'est pas bien ! vilaine pensée que voila ! mais c'est sa faute ! il a beau être une montagne, avoir un regard effrayant ....eh ben ...eh ben...je me laisserai pas faire ! Fois d'Anselm ! cependant je propose..comme stratégie de survie ...pour le moment...retenons bien pour le moment...de se la jouer petit et prudent...très prudent....j'ai pas envie de finir pendu et me réveille dans une chambre de réveille !

Afin de bien me faire entendre et que cette fois ci il m’écoute je passa devant lui et je l'obligea à s’arrêter en plaçant mes mains sur son torse. une fois qu'il fut stoppé j’enlevai rapidement mes mains que je passa sur mon pantelons ...c'est pas très polie mais c'est un réflexe lorsque je touche les gens sauf mon frère...une mauvaise habitude certes mais je ne peux pas m'en empêcher..comme si toucher les gens pouvait me refiler quelque chose. c’était surtout nerveux aussi je pense j'ai horreur qu'on me touche et toucher une autre personne pouvait signifier qu'elle pouvait vous toucher en retours.

-alors vous m'écoutez...j'ai bien un frère, on a douze ans d’écart ..;c'est moi qui les élevé après que nos parents furent tor...
les derniers images de mes parents s'affichèrent clairement sur ma rétine comme des photos souvenir, leur visage sans vies flouté a travers mes larmes . je pris une inspiration et j’enchainai

-..assassinés . il a décidé de voyager seul, alors j’entreprends aussi un voyage pour profiter un peu de son absence...bien que je m’inquiète énormément ...pour ce qui est de mon travail, de mon origine et autre question plus précise...comme je vous les dit je peux vraiment rien vous dire sans vous mettre dans une situation délicate et malgré...

je me retient de lui sortir qu'il était un ourse associable, un mécréant, un malpolie et j'en passe ...

-vous semblait être quelqu'un de bien alors...je n'ai pas envie de vous infliger cela...du coup si vous pouvez vous contenter que je suis un simple voyageur...ce qui est le cas...sans en chercher plus cela m’arrangerais ...

avouais je sincèrement, en espérant qu'il se contente de ça ...il peut deviner je m'en fous ce sera son problème après mais moi je veux aussi rester innocent je n'ai pas envie d'être poursuivis alors que je fais partit des forces de l'ordre...et puis après mon frère aussi serait embêté...bon en même temps deviner que je fais partie d'un autre monde...pas évident...même impossible...

-Vous pouvez poser des question si vous voulez certain éclaircissement mais si cela parle sur des chose que je ne peux pas vous dire se sera nécessairement flou...navré...

je pouvais au moins lui répondre s'il en avait pour montrer ma bonne fois mais que cela reste sage quand même...de toute façon je me donnais le droit de répondre à côté si jamais...
avatar
Lorsque l'être appelé Ryuuk posa ses mains sur sa poitrine il fronça les sourcils et porta la sienne au manche de son couteau le plus efficace. Heureusement ce fut bref, et il relâcha son arme lentement, tout en gardant sur lui un regard sévère, lui faisant clairement comprendre qu'il n'était pas autorisé à le toucher sans son autorisation. Il l'écouta attentivement, bien que ne relâchant pas son attention sur le reste de leur environnement.
Un frère. Il y avait donc une autre créature, un autre être comme lui dont il fallait se méfier. Raison de plus pour éliminer celui-ci, s'ils étaient plusieurs ils deviendraient peut-être incontrôlables...
Des parents tor... assassinés. Tor quoi ? Torturés peut-être. Il avait dû y avoir une chasse aux créatures de ce genre, c'était sans doute la raison pour laquelle ce Ryuuk était là, il avait dû fuir son territoire habituel.
Son frère avait décidé de voyager seul et il en avait profité pour le faire aussi... C'étaient visiblement des créatures sociables, mais peut-être que le danger sur leur territoire habituel leur avait fait prendre la décision de se séparer. Ils étaient peut-être à la recherche d'un nouveau territoire de chasse... Encore une raison de plus pour l'éliminer, il était hors de question qu'il fasse de la région son domaine.
Qu'il ne puisse rien dire de son origine n'avait rien d'étonnant, il ne semblait pas prêt à lui avouer qu'il n'était pas humain. Pourtant si c'était la vérité et qu'il n'avait réellement pas d'intentions négatives il aurait mieux fait de le lui avouer sans détour, essayer de lui cacher des choses ne pouvait que le rendre encore plus méfiant.
Lui dire qu'il était quelqu'un de bien... Comme s'il s'intéressait à son jugement sur ce point de son existence ! Essayait-il de l'amadouer en lui disant des paroles mielleuses ? Pas étonnant que son frère, même plus jeune, ait voulu agir seul, avec un être aussi peu doué ils devaient se faire repérer bien trop facilement... Peut-être même que c'était à cause de lui que leurs parents étaient morts, parce-qu'il avait conduit des chasseurs à eux à force d'agir stupidement.
Se contenter de prendre en compte son statut de voyageur... Si depuis le début il avait eu des paroles et un comportement cohérents il aurait pu y croire, mais pas une seule fois il n'avait donné une version qui n'entre pas en contradiction avec d'autres éléments. Et pour couronner le tout maintenant qu'il semblait lui dire la vérité cette vérité était loin de convaincre Ileivàn que sa théorie était infondée, elle ne faisait que lui ajouter du poids, d'autant plus avec l'avertissement qu'il ne voudrait rien dire de son origine.
Et puis il ne parlait pas vraiment bien leur langue malgré ses efforts visibles, bien sûr beaucoup de gens mal éduqués la parlaient mal, mais ils n'avaient pas ce genre de vêtement de qualité et cet équipement, ce qui ajoutait à ses soupçons de vol et d'éventuel meurtre, ou de prise d'apparence.

Lorsque la créature eut fini de parler il l'observa avec attention, son expression ne laissant rien transparaître de ses pensées. Elle essayait d'avancer maladroitement ses pions, échouait à chaque fois, mais devait-il lui-même en avancer un pour lui donner une chance de lui prouver sa bonne foi, ou le laisser continuer dans cette voie sans intervenir ?
Il décida de ne pas intervenir, pour le moment en tout cas.

« J'ai bien entendu votre explication. Je vous prierai à l'avenir d'éviter de me toucher sans raison, nous ne sommes pas proches que je sache. Si vous faites un autre geste de ce genre sans qu'il soit justifié il est possible que mon couteau ne reste pas dans son étui. ajouta-t-il d'une voix très calme.
Si vous ne voulez pas parler de vos origines, je ne vous poserai pas de question. Maintenant soit vous continuez à me suivre jusqu'à ce que j'aie atteint mon but soit vous faites demi-tour et nous risquons de nous battre, ce que ni vous ni moi ne voulons pour le moment me semble-t-il. »

Sur ce il le contourna et reprit sa marche. Il avait perdu bien trop de temps et il avait intérêt à accélérer s'il ne voulait pas trop s'éloigner de sa zone de chasse. Si les inouuls avaient été ses premières proies pour cette traque il aurait pu les poursuivre aussi loin que nécessaire, mais ce n'était pas le cas et le gibier déjà abattu ne pouvait pas attendre trop longtemps. Sur les vieilles peaux tannées dont il les enveloppait avant de les mettre hors d'atteinte il badigeonnait une substance pratiquement indécelable par un homme mais qui éloignait les charognards, mais elle n'était pas éternelle et à force de voir qu'aucun danger ne se profilait malgré les signaux ils finiraient par passer outre. Sans compter que malgré des sels de conservation qu'il ajoutait systématiquement la viande n'était pas éternelle tant qu'elle n'était pas convenablement traitée.
Et enfin le citadin qu'il avait été avait hâte de rentrer chez lui pour se laver enfin entièrement et convenablement et se raser. Il emportait toujours un savon dans son sac, mais sa toilette restait sommaire dans de telles conditions.
Ensuite il pourrait revoir sa chère Katia. Malgré lui il esquissa un léger sourire à son souvenir. Son expression s'effaça rapidement, mais l'image de l'enfant resta vive, et il accéléra encore le pas, bien que toujours attentif aux obstacles, nombreux, sur son chemin. Ils abordaient une montée assez raide et la pluie récente la rendait glissante, bientôt il se servit de ses mains gantées pour s'accrocher de place en place à la végétation pour s'aider dans son ascension. Les inouuls avaient visiblement choisi une piste un peu moins directe pour pouvoir monter sans difficulté mais il devinait leur direction générale et il voulait les retrouver au plus vite.


Ileivàn Estebrièn.
avatar
là...si je n’était pas d'un calme exemplaire je crois qu'il y aurait un meurtre ...moi...un flic...commettre un meurtre ...Ryuuk...mon cher ryuuk...cela ne va pas ...rien ne va plus...tu dois te ressaisir ...il va pas poser de question...tant mieux ...par contre pourquoi il saisie pas que je veux être gentil avec lui...je vois pas ce que je fais de mal..je suis pourtant le protocole pour être aimable...bon il manque peut être de sourire, mais cela gâcherais tout ...mon sourire est vraiment détestable ! c'est une fleur que je lui fait en ne souriant pas !

-Pas de soucis je compte pas vous toucher d'avantage ...

arg j'ai trop mis de dégout dans ma voix! mais j'y peu rien ! je l'ai pas toucher pas plaisir ! je vais encore essuyer mes mains sur mon pantalon tient ! dès qu'il fut assez  loin je soupira de toute façon je comptait pas faire demis tour ! il en était pas question  ! je le suivit donc d'un pas déterminé en faisant bien attention au alentour, mes yeux indiquaient qu'on était pas très loin des inouuls ...d'ailleurs en parlant de mes yeux, je devait avoir trop forcé dessus...depuis que je suis ici j'ai l'impression qu'ils ne marchent pas très bien...ce qui est assez problématique j'arrive a voir toute les informations et à les analyser et la seconde d'après j'ai l'impression de marcher dans le brouillard...je me massa les paupières un instant. je cligna des yeux et je m’arrêta stupéfait parce que jetait en train de voir.
Mais qu'est ce qu'il fait ? et il compte que moi j'escalade ça ? même pas en rêve ! je vais pas attraper je ne sais quoi pour son plaisir ! je trouva un endroit assez potable une sorte de caillou que je nettoya un peu et je posa mes fesses .

-navré ...je ne veux pas faire demis tour...mais pas question de monter ça ! je vous attends ici  !

je me massa à nouveau les yeux, il faudra que je le mentionne ça ! les dysfonctionnement des implants c'est pas très pratique...en tout cas je bouge pas ! pas question que je me salisse encore plus qui plus ai à moities aveugle ! je dois attendre la stabilisation ! il doit essayer de trouver un bon moyen de faire passer ma mort comme accident ce géant méchant ! dès qu'on sort de la foret je prend la poudre d'escampette et il me reverra jamais...et moi je reverrais jamais son visage !
avatar
Il remarqua l'espèce de répugnance qu'eut la créature en lui assurant qu'elle n'avait pas l'intention de le toucher plus. Il se demanda pourquoi elle l'avait fait spontanément si ce contact la dégoûtait à ce point, et en retint deux hypothèses. Soit c'était un contact qu'elle avait spontanément avec son frère et qui dans l'instant lui avait paru naturel, soit elle avait besoin de toucher au moins une fois de cette façon sa cible pour s'assurer que son corps conviendrait à son alimentation... Un frisson de dégoût le parcourut brièvement à cette idée, mais il n'ajouta rien, il avait assez perdu de temps comme ça.


Puis il l'entendit annoncer qu'il refusait de continuer. Il avait bien perçu qu'il n'était plus derrière lui mais il avait supposé qu'il mettait juste un peu plus de temps et suivait de plus loin. Il se retourna, appuyant sa main droite contre un tronc pour ne pas basculer dans la pente, et constata que la créature s'était assise sur un rocher, comme un défi de plus, le défi de trop. La colère monta en lui, et sa main libre se porta clairement au manche d'un de ses couteaux. Puis il remarqua que la créature semblait un peu plus pâle, si tant était que ce soit possible, et qu'elle se frottait les yeux. Il regarda aux alentours. Quelque chose n'allait pas, mais il ne percevait rien. Il regarda derrière lui, vers la piste laissée par les inouuls, réfléchit. Il n'aimait pas ce qu'il allait faire. Il n'aimait vraiment pas ce qu'il allait faire. Il enrageait déjà de devoir le faire. Mais parfois il fallait faire des choix rationnels, peu importe qu'on les apprécie ou non. Il redescendit prudemment, se posta en face de la créature.

« Vous avez des objets de valeur ou de l'argent ? Je ne suis pas un détrousseur, mais je traque ces animaux pour vivre, maintenant qu'ils quittent notre territoire ils ne sont plus un danger et c'est leur valeur marchande qui m'intéresse, et si je m'occupe de vous je les perds, vous n'arrêtez pas de poser problème et maintenant on dirait que vous êtes en mauvaise santé. Je déteste ce que je vais faire, mais soit je vous aide maintenant et je les perds, soit je vous attache ici et je les poursuis, et je vous détache au retour si vous êtes encore en vie... Si vous étiez un homme en qui je puisse avoir confiance et que j'estime avoir réellement besoin d'aide j'abandonnerais cette chasse, mais ce n'est pas le cas, alors soit vous me dédommagez et je vous emmène en sécurité soit je continue à gagner ma vie et je m'arrange pour que vous ne soyez un danger pour personne. » proposa-t-il.

Il détestait tellement devoir faire une chose pareille ! Un vulgaire chantage, lui imposer de lui donner de l'argent ou de se retrouver attaché et la proie de prédateurs. Mais il devait penser à sa fille, et son avenir comme sa sécurité exigeaient qu'il ne revienne pas sans pouvoir lui acheter ce dont elle avait besoin pour grandir et être heureuse. S'il ne s'était agi que de lui il n'aurait pas demandé une compensation, mais ce n'était pas le cas. Et même si la vieille femme qui s'occupait de Katia ne demandait pas grand chose il devait la dédommager, et c'était une part en moins sur ses maigres bénéfices. S'il s'était agi d'un homme qu'il connaisse et estime les choses auraient été différentes, mais c'était une créature et la seule idée de l'aider le crispait et le faisait douter de son choix. Elle n'avait montré aucune intention malfaisante, mais ce n'était pas une preuve... Sa réaction en serait peut-être une... Si seulement il pouvait avoir une certitude dans cet océan de doute...


Ileivàn Estebrièn.
avatar
Ah ben enfin quelque chose de censée ! bien sur que je pouvais le dédommager ! c'est tout à fait normal. enfin je dis ça ...mais est ce que j'ai de quoi...normalement j'ai pensé à prendre de l'argent  du coin...oui normalement ...je ne me tourna pas vers lui. de toute façon cela servait à rien, c’était complètement floue.

-oui bien sur que je peux vous donner de l'argent! je comprend parfaitement que cette chasse est important pour vous ...je vous aurais bien suivis mais malheureusement en se moment je ne vois pratiquement plus rien ..alors je n'aurais servis a rien..

et en plus c’était boueux, sale et on pouvait se bléser et attraper je ne sais quoi ! pas question d'y mettre les pieds. Je pris mon sac et je fouilla, faisant plus au toucher qu'a la vue ..alors ..qu'est ce qui pourrait être intéressante pour un chasseur vivant seul avec sa fille...pas mon carnet à dessin ...même si je suis sur que mes dessins auraient du succès ... pas ça non plus c'est ma gourde, ah! mmm non c'est une pierre trouvée ...quoi que si elle a de la valeur , mais je connais pas les pierre d'ici je voulais justement la faire expertiser par un mineur ...Ah! enfin voilà ma bourse ...je la sortit et je la brandi pour lui montrer et je la posa au sol pour lui montrer que je lui donnait. je sortit aussi la pierre

-je l'ai trouvé...je sais pas ce que cela vaux mais si elle s'échange alors elle sera plus utile à vous qu'à moi...

bon en tout cas ils ont intérêt de me rembourser à l'agence de voyage ! j'ai pris l’assurance vol pour ça !
bon il y a un truc qui m'a fait tilter...un danger pour personne...où je suis un danger ...

-franchement entre votre taille de géant et mon petit 1 m 72 , vos grosses mains et les miennes ...je vois pas où je suis un danger pour quelqu'un...la seul personne que j'ai mis en danger depuis que je suis ici...c'est moi ! remarquais je  et c'est vrai entre mes maladresse et ma malchance...

-je vous l'ai dit je ne sais pas pour quel chose vous me prenez ...mais vous faites fausse route...

comme si je pouvais être une créature...non mais il m'a bien regardé !? si j’étais une créature aussi faible je sais pas... j'aurais l'intuition de pas m'attaquer à si gros...et pourquoi j'aurais été perché dans un arbre...drôle de créature ! franchement !
avatar
Il fut stupéfait qu'il accepte aussi facilement. Comprenait-il vraiment sa situation ? Sa réaction semblait spontanée et sincère, mais devait-il s'y fier ? Sa mention sur sa vision défectueuse le fit cependant réagir davantage que son acceptation, le troublant.

« Pourquoi ? Vous avez une maladie, ou vous avez eu un accident récemment ? interrogea-t-il.
Vous aviez une vision normale il y a peu, qu'est-ce qui se passe ? Il y a une zone que vous ne pouvez pas franchir ? Quelque chose qui vous est néfaste dans le coin ? »

Quelle que soit la raison de cette diminution physique il devait la connaître pour mieux cerner la créature. Peut-être n'était-ce qu'une feinte pour mieux le piéger, mais si ça ne l'était pas c'était une information utile.
En le voyant chercher dans son sac il se dit que soit il était très bon acteur soit il était véritablement handicapé. Il était évident qu'il n'utilisait pas sa vision et se fiait seulement au contact. Cependant il restait méfiant, il avait déjà vu deux fois un homme faire semblant d'être malvoyant et le résultat était criant de vérité. Parfois même des stimulus très impressionnants ne parvenaient pas à révéler le stratagème, et rien ne lui disait qu'en essayant il aurait un quelconque résultat.
Cependant le sac de pièces était quant à lui bien réel, et il était aussi évident que la créature le plaçait à son entière disposition. Il ne le saisit cependant pas tout de suite, le voyant chercher encore. Et ce fut là qu'il la vit. Une Pierre de Ciel, lisse, de ce bleu incroyable et dans de riches nuances, profondes et subtiles, formant des vagues caractéristiques. Et il prétendait ne pas savoir ce qu'elle valait. Tout le monde le savait. Ce n'étaient pas les pierres les plus chères du marché, bien des joyaux se vendaient à des prix largement supérieurs, mais les Pierres de Ciel étaient tout de même assez prisées, bien assez pour valoir l’entièreté du produit de sa chasse.
Lorsque la créature la posa il ne put s'empêcher de tendre sa main gantée vers elle après s'être baissé à hauteur de l'inconnu, prudemment, l'effleura du bout des doigts. Il ne se produisit rien de négatif et il ne sentit aucune mauvaise force en émaner, si bien qu'il la saisit toute entière et la ramena vers lui. Il l'observa, la fit tourner entre ses doigts. Elle n'était pas pure, ni aussi intense que certaines, mais elle valait un bon prix, de cela il était absolument certain.

« Vous pouvez ranger votre argent, la pierre est largement suffisante. C'est une Pierre de Ciel... Vous êtes une créature qui ne doit pas voir d'humains souvent pour ne pas le savoir. » dit-il doucement, presque compréhensif cette fois.

Une Pierre de Ciel... Il en avait vu et touché jusqu'à s'enfuir de chez son père, mais depuis il n'en avait eu que peu l'occasion, et il n'en avait pas vu une seule depuis qu'il s'était fait chasseur. Ce n'était pas une émeraude, un saphir ou encore moins un diamant, pas de l'or ni de l'argent, mais c'était tout de même une belle monnaie d'échange.
Les paroles de la créature le firent revenir à sa personne, tandis qu'il faisait disparaître la pierre dans une poche intérieure de sa veste.

« Comment connaissez-vous votre taille exacte ? J'ignorais que les créatures utilisaient un système métrique et avaient un intérêt à se mesurer... Et pour nos différences physiques un homme qui se fie aux apparences dans ce monde a généralement une espérance de vie assez faible, je serais fou de m'arrêter à votre apparence, même si vous n'êtes vraiment pas doué pour mentir et que j'ai vu mieux comme tentative de persuasion. » répondit-il.

Il se releva ensuite, observa la créature à l'apparence d'un jeune homme. De quelle nature pouvait-elle être ? Il semblait qu'elle doive lui faire remettre en question ce qu'il pensait d'elle encore une fois, et il se demandait s'il finirait par penser qu'il s'agissait d'un esprit bienveillant bien que très maladroit. Enfin il n'allait pas se laisser impressionner par une pierre, peut-être était-elle un piège pour abaisser ses défenses. Il regarda en direction de la piste des Inouuls puis soupira. Soit, il avait été payé et il devait désormais abandonner sa traque pour faire le travail qu'il avait accepté.

« Pouvez-vous vous lever, ou avez-vous besoin de vous reposer encore ? » interrogea-t-il.

Il le mènerait loin du chemin conduisant à son village et lui indiquerait la ville la plus proche. Peut-être faisait-il une erreur, peut-être conduirait-il une créature dangereuse vers une cité qui en subirait les conséquences, mais la civilisation lui avait montré toute sa perversion et tant qu'on ne touchait ni à sa fille ni au village qui l'abritait en son absence le reste ne lui importait que peu. Si la pierre était bien réelle cette rencontre ne serait peut-être pas si négative qu'elle l'avait semblé au premier abord, même s'il continuait à être très méfiant.


Ileivàn Estebrièn.
avatar
Une maladie ?! Un accident ?! Mais où il allait chercher ça ? Que suis je bête c'est vrais qu'il ne connais pas les implants...pauvre petit...enfin grand dans ce cas là, chose ignorante ! les implants cela aide énormément dans le quotidiens mais aussi mon travail..mais ici, bien que cela aide...c’était seulement que quand cela voulait bien fonctionner. Je me massa à nouveau les paupières priants pour que cela parte assez rapidement...Mais que vais je lui dire ? un accident? une maladie? Qu'est ce qu'il raconte en disant quelques chose de néfaste dans le coin..;ah oui il ne me prend pas pour un humain. vu comme c'est partie c'est peut être plus facile pour moi de me faire passer pour une quelconque créature pacifique...on va se la jouer toujours évasive de toute façon c'est bien partit pour qu'il m'amène en sécurité. allons pas jouer avec le diable !

-Une maladie...cela m'arrive parfois quand je suis fatigué ...cela va passer..comme toujours...

Une pierre du ciel...Mmm j'ai déjà entendu ça quelque part, mais où ? peut être dans les prospectus d'informations, ou mon frère qui m'en a parlé...cela doit être ça, il avait parler éventuellement d'un prix pour un concours je ne sais quoi et la possibilité de ramener une pierre du continent..j'avais écouter d'une oreille comme à mon habitude lorsqu'il se mettait à parler du continent. J'aime beaucoup mon frère mais quand il parle dans ses monologues sans fin c'est lourd à la longue et je ne peux rien faire alors je réfléchis en même temps à autre chose. il suffit juste de parler et de redresser la tête sous le son de mots clés. c'est facile avec de l'entrainement et vous pouvez faire semblant d'écouter toute conversation avec ces règles...

-Mon frère m'en a peut être déjà parlé, mais je n'en voyais pas l'utilité jusqu’à aujourd'hui ...

ce qui était vrais. qu'est ce que j'en avais affaire d'une pierre qui chez nous n'avait que pour seul valeur un souvenir et un bijoux. encore persuader que je suis une créature...mais quand va t il comprendre que je suis un misérable humain. c'est pas compliqué !

-je ne vois pas en quoi c'est original de connaitre ses mesures ...nous avons besoin de mesurer beaucoup de chose l'espace, le temps ...et je vous assure que en rapport à vous je ferais pas le poids...la seule chose que je pourrais faire c'est m’enfuir et encore vous connaissez mieux la foret que moi...alors bon...se serait un échec aussi !

ah oui, il faut pas être très intelligent que côté force je faisait pas le poids ! ce n'est pas mon univers , mon monde ...

-quelque minute encore s'il vous plait ...

oui ce n’était pas encore revenu, depuis le début de notre discutions je ne savait même pas si je le regardais, je ne savais pas de quoi mes yeux avaient l'air...j'avais l'impression de revenir avant l'opération et c’était fortement perturbant et flippant. par réflexe je posa une main sur mon cœur comme pour calmer son battement. je n'aimais pas cette sensation d'obscurité car j'avais l'impression d'être condamné à revoir encore et toujours les dernières images qui se sont figées sur ma rétine.

-je suis désolé...je me sens pathétique...


avouais je bien malgré moi. Je me sens encore plus faible qu'avant. il faudra que je dise à l'agence pour le prochain voyage de trouver une solution...et moi que je venait uniquement sur le continent pour peindre...comment je fais maintenant !? bon j'y suis aussi allé pour mon frère ..;mais je ne vais pas rester sans rien faire a chaque fois que je l'accompagne...peut être que si j'utilise moins l'analyse et la mémoire je pourrais au moins voir normalement. mais mes recherches s’enclenche naturellement seulement mes recherches...
avatar
Alors c'était cela, la créature était malade. Peut-être était-ce son cerveau qui était atteint. Peut-être que son inaptitude à le duper correctement malgré sa nature était aussi due à cette maladie.

« Elle n'est pas contagieuse pour les humains au moins ? Je n'ai pas envie de devenir comme vous. » répondit-il.

L'aider parce-qu'il s'y était engagé et pour l'éloigner de sa fille, d'accord, mais tomber malade en contrepartie était hors de question, si c'était cela il préférait encore lui rendre la pierre et l'attacher à un arbre.
Pour l'utilité d'une pierre commercialisable il se doutait qu'une créature comme lui ne pouvait en avoir besoin que pour appâter ses proies, et il n'avait pas l'intention d'en être une, ni d'en discuter. Que ce soit un mensonge ou pas lui importait peu du moment que la pierre était réelle, et il doutait qu'une créature si faible puisse produire une magie capable de percer la défense de son amulette, sauf encore une fois si elle feignait sa faiblesse pour mieux le duper.
Il ne répondit pas non plus concernant ses divagations sur le système métrique. Il lui suffisait de savoir qu'encore une fois il avait la preuve que ce Ryuuk n'était pas humain, pour le reste, ses petits discours sans queue ni tête, il en ferait abstraction aussi longtemps qu'il n'y décèlerait rien d'utile.
Lorsque la créature lui demanda quelques minutes de répit il recula et s'adossa à un arbre une fois son sac posé pour le regarder à trois ou quatre mètres de distance, ne voulant en rester trop proche mais n'ayant plus aucune raison de bouger si ce n'était pour l'accompagner. Il était endurant et pouvait marcher longtemps, courir, se battre, mais pour autant un chasseur qui ne savait pas se reposer quand il en avait l'occasion n'était jamais aussi efficace qu'un homme sachant maintenir son corps en bonne santé en permanence.
Les minutes étaient une notion vague. Il savait à quoi elles correspondaient concrètement, il en fallait soixante pour faire une heure, mais en pleine nature il pouvait en passer cinq comme dix, on ne s'en rendait pas compte précisément. Pendant ce temps il réfléchit au parcours à leur faire emprunter. Le chemin le plus proche était assez loin, ils étaient rares dans ces contrées en dehors des grandes routes balisées, aucun seigneur ne venait chasser par ici si bien qu'il devait être le seul homme depuis un an à venir, et avant lui il n'y avait eu que le chasseur qu'il avait remplacé. De temps en temps quelques bandits s'établissaient, mais ils n'étaient pas du genre à entretenir des chemins, plutôt à les cacher pour que la milice ne les traque pas trop facilement.
Il vit la créature poser une main sur sa poitrine, à l'endroit où se tenait le cœur humain. Il avait l'air de souffrir, même si son visage n'était pas très expressif. Ileivàn avait appris à déceler le plus petit fragment d'émotion chez ses contemporains, et la créature avait exactement cette expression se voulant stoïque mais ne faisant que masquer un mal être. Puis il l'entendit lui dire qu'il était désolé, se plaindre d'être pathétique.

« J'ai dit que j'allais vous aider, et vous m'avez payé pour le faire, je suis un homme de parole, vous n'avez pas besoin d'en faire trop. » répliqua-t-il.

Cependant en le regardant il réfléchissait. Il ne pouvait pas abandonner totalement ses défenses mais d'un autre côté il ne pouvait pas exclure une erreur de jugement de sa part en étant si méfiant.

« Peut-être que vous êtes sincère cette fois, mais vous ne faites qu'essayer de me tromper depuis le début. Si vous ne voulez vraiment pas me tromper et que vous voulez que j'en sois sûr, montrez-moi votre vraie nature. Si vous êtes la créature que je pense, cette apparence est artificielle. Montrez-moi ce que vous êtes vraiment et je vous croirai. Dans le cas contraire, tout ce que vous pourrez me dire n'aura pas plus de crédit que quand vous avez tenté de vous servir de mon hypothèse pour me faire croire que vous étiez un esclave en fuite. » déclara-t-il.

Il lui donnait une chance. Il se moquait bien qu'il soit une créature d'une laideur repoussante, au moins il la verrait telle qu'elle était, sans artifice. Parce-que dans le cas contraire l'hypothèse d'un voleur possiblement meurtrier continuerait à être on ne peut plus plausible, et la pierre offerte pouvait n'être qu'un autre résultat de larcin, qu'il ne pourrait conserver sans avoir l'impression de voler à son tour une victime de l'inconnu.
Qu'il lui prouve sa bonne foi une fois pour toutes. S'il se dérobait il saurait quoi en penser.


Ileivàn Estebrièn.
avatar
Comment il peut penser qu'être aveugle est contagieux...ignorant! c'est la logique même que cela ne peut pas être contagieux...

-C'est de naissance ...c'est pas contagieux du tout !

de naissance presque...mais je vais pas lui dire que c'est suite au fait que j'ai été torturé que je me suis retrouvé aveugle et que du coup on m'a opéré des yeux pour me mettre un implant et qu'il est défectueux ici ! déjà qu'il ne me crois pas alors là il va me prendre pour un fous !
La suite de ses paroles me laissa un instant perplexe. comment ça lui montrer ma vraie nature? je vois pas ce que je peux faire de mieux que de lui montrer que c'est bien ma peau...je vais pas me pincer pour lui montrer que je suis fait de cette chaire et de ce sang !me déshabiller pour lui montrer que je cache rien...non plus il en est pas question ! je vais pas me rabaisser à ça pour lui. Le temps que je réfléchisse, l'implant se ralluma, je ferma les yeux pour amoindrir l'effet de papillonnement tandis que les informations affluaient sur ma rétines. la carte du secteur , le nom des plantes au alentour...si il y a un danger à proximité , bien sur cela allait disparaitre et remettre la carte serait bien trop dangereux , sinon je l'aurais déjà fait.

Pendant ce temps je trouva une idée. je ne sais pas si c'est la meilleur, d’ailleurs j'hésite grandement car c'est un peu mon trésors, mon carnet intime de ce voyage ici...j’ouvris lentement les yeux et j’approchai la main de mon sac. Je suis sur qu'il n'allait même pas se rendre compte de l'honneur que je lui fait...rien que de penser que ses grosses mains salle vont se poser dessus...ça me dégoute! Ryuuk un petit effort c'est pour ta vie! ton honneur que tu dois faire ce sacrifice ! un peut tremblant à l'idée de lui montrer ce que j'aime le plus au monde après mon frère..mon trésors, mon art, ma passion !

-Je peux pas vous montrez ma vrai ma nature comme vous dite...puisque c'est celle qui se tient devant vous!

rapidement j’ajoutai pour ne pas qu'il réagisse violemment on sait jamais avec le genre de son espèce !

-Mais , je peux vous montrez quelque chose qui vous persuadera de ma nature...c'est quelque chose qui a autant de valeur a mes yeux que mon frère...c'est précieux pour moi car cela montre mon intimité ...

je sortit de mon sac mon carnet de croquis et je lui tendis un peu hésitant qui le prenne, dès qu'il le saisit j'en vient presque à retenir mon souffle ne pouvant pas m'empêcher de fixer ses mains maintenant que ma vue était revenu inquiet de les voir tourner les pages. il y avait des croquis de mon frère souriant, pensif ...des croquis des gens de la rue de la capital de la Valonie lors du festival, des plantes des animaux que j'avais pu observer en silence, il y avait aussi des dessin plus travaillé comme mon dessin sur la voute célestes , un portait à l'aquarelle d'une gamers au regard triste mais déterminé , des paysages travaillé aussi l'aquarelle certainement avec une ambiance de tristesse c'est ce que mon frère m'a dit...des dessin travaillé à l'ancre comme celui d'un dragon domestique qu'on avait vu aussi à la capital, je l'avais stylisé lui donnant une air d’estampe ...

-Vous pensez qu'une créature pourrais faire ça ? je suis un humain...pour être plus exacte je suis pas de la même espace que vous mais je suis un humain ! Je suis encore désolé de vous avoir mentit mais je peux rien vous dire sur mes origines et je ne suis pas doué en mensonge alors cela ne fait pas bon ménage...
Je m’efforçai à faire un léger sourire de sincérité mais pas facile entre le fait que je n'aimait pas sourire et qu'il avait encore mon carnet dans les mains, me demandant si au moins il allait comprendre toute la délicatesse de mon art ! moi qui suit à deux doigts d’ouvrir une galerie...bon d'accord a dix doigts ! mais je continue d'espérer !
avatar
De naissance. S'il disait vrai il était donc taré depuis toujours. Une créature faible, malade, avec peu de chances de survie, à se demander comment elle avait fait pour s'en sortir jusque là. Ses parents l'avaient sans doute longtemps protégée, puis son frère malgré les douze ans d'écart déclarés.
A présent qu'il était seul, déboussolé, il avait probablement dû manquer de mourir plusieurs fois, et pourtant son apparence ne montrait aucun signe de cela. Il était très mince mais pas maladivement. La confirmation sans doute que ce n'était qu'une illusion dont il était capable, masquant sa vraie condition. Pas étonnant qu'il semble à bout assis sur son rocher, il devait vraiment l'être s'il ne mentait pas.

Il le vit fermer les yeux, puis les ouvrir et s'intéresser à son sac après ses derniers mots. Avait-il dans le fond de son bagage un objet quelconque lui servant à s'octroyer la confiance d'inconnus ?
Ses premières paroles ensuite le laissèrent stupéfait bien qu'il n'en montre pas grand chose. Si sa vraie nature était devant lui, si ce n'était pas un mensonge, qu'était-il ? Un homme ? Si c'était le cas sa théorie concernant un voleur passablement meurtrier était la bonne. Il s'immobilisa. Que cherchait-il dans son sac si tel était le cas ? S'il avait voulu le tuer d'autres moments le lui auraient permis sans mal, que voulait-il ?

Et maintenant il déclarait vouloir lui montrer son intimité. Il fronça les sourcils, méfiant. Quel genre d'intimité ? Pas question qu'il le voie en lingerie, il avait toujours évité les spectacles de foire et ce n'était pas pour commencer avec cet inconnu ! En plus ce n'était vraiment pas le lieu, pour l'instant aucun prédateur n'était perceptible mais il restait aux aguets.
Il eut presque un soupir de soulagement en voyant qu'il tirait un carnet de son sac. Il s'approcha avec la lenteur d'un félin en chasse, prit l'objet, recula de deux pas. C'était un recueil assez grand, de qualité, le genre de carnet pour dessiner, comme il en avait déjà vu lorsqu'il vivait dans l'opulence.
Il observa l'énigme vivante quelques secondes, cherchant la faille qui lui indiquerait de quoi il était réellement fait, puis retira son gant droit, gardant le gauche comme sa main soutenait l'intimité de l'inconnu. Son intimité... Il eut un doute, un affreux doute. Ce n'étaient tout de même pas des dessins de lui en petite tenue dans ce carnet ? Il le regarda à nouveau, méfiant, fronçant les sourcils. Un pervers ? Non, un pervers ne s'attaquerait pas à un homme comme lui, il n'était absolument pas le genre d'homme qu'on pouvait avoir envie de piéger de la sorte. Il ouvrit le carnet d'un geste déterminé, pour dissiper ses doutes une bonne fois pour toutes.
Le résultat le stupéfia. C'étaient de très beaux dessins, pas seulement des reproductions, ils avaient tous une âme. Il reconnut un adolescent ayant quelques ressemblances avec ce qu'il voyait en levant les yeux. Des plantes et des animaux qu'il connaissait. Tout un monde qu'il connaissait. Il ne regarda pas tout, seulement assez pour se faire une idée précise de l'objet de ce carnet, puis le referma. L'inconnu parla à nouveau et il l'écouta attentivement. Maintenant il se réclamait humain, mais d'une autre espèce. Quelle espèce ? Et encore le problème de son origine qui ressurgissait. Son sourire crispé semblait sincère, mais difficile de s'y fier même s'il se disait désolé.
Ileivàn s'avança à nouveau vers lui, lui rendit son carnet puis le détailla encore, longuement, silencieux.

« Vous me dites que vous avez fait ces dessins, mais rien ne me le prouve. Vous pourriez très bien avoir volé ce carnet avec le reste des affaires que vous portez. dit-il enfin.
Vous dites que vous êtes humain mais d'une espèce différente, mais vous refusez d'en dire plus.
Vous avouez que vous ne savez pas mentir, mais la vérité semble une épreuve que vous redoutez.
Vous pouvez me prouver de façon très simple que vous avez fait ces dessins, mais pour le reste vous allez devoir être plus explicite. Je veux savoir à quelle espèce vous appartenez, et comment vous êtes arrivé jusque là, comment vous vous êtes perdu à ce point sans avoir l'air de souffrir d'autre chose que d'une nuit fraîche. Je veux savoir précisément ce qui vous est arrivé, et de quoi votre famille a été accusée. Prouvez-moi que vous savez faire des dessins aussi élaborés et dites-moi la vérité, quelle qu'elle soit, et si cette fois vous êtes convaincant je consentirai à repartir sur de meilleures bases avec vous et à vous conduire en sécurité dans de bonnes conditions.
La vérité peut-être difficile à dire, et parfois difficile à croire, mais il y a peu de preuves aussi convaincantes de la bonne foi d'un homme lorsqu'il est réellement déterminé à la prouver. Si vous êtes sincère vous savez très bien qu'il n'y a pas d'autre solution. Je ne demande qu'à vous aider si vous êtes réellement la personne que vous voulez me faire croire, il ne tient qu'à vous de le rendre possible.
 »

Il n'aurait jamais cru parler autant en forêt, et à vrai dire il n'avait tenu un aussi long discours à personne depuis longtemps. Personne qui soit adulte en tout cas, car pour calmer Katia il lui avait parfois longuement parlé, sa voix naturellement grave et la douceur qu'il avait avec elle l'apaisant facilement. Il lui arrivait aussi de lui parler plusieurs minutes pour l'instruire, mais elle était encore très jeune et ne pouvait se focaliser longtemps sur un apprentissage.
Quoi qu'il en soit, il avait été sincère avec celui qui se prétendait un homme. Il espérait vraiment qu'il le soit en retour, qu'il lui dise la vérité, pour le comprendre et cesser de le voir en ennemi. Il avait besoin de relier les points de son histoire entre eux pour former une vérité compréhensible, et effacer cette impression d'un conte totalement irréaliste fait de morceaux de vie pris au hasard. Il voyait bien que l'inconnu tentait de lui montrer qu'il ne devait pas le craindre, mais il espérait qu'il le comprenne et se rende compte qu'il ne pouvait se contenter d'une impression.


Ileivàn Estebrièn.
avatar
Mais il est stupide !? Je veux bien croire que les gens du continent aient moins de jugeote mais là ! combien de fois je lui ai répété que je ne pouvais pas lui dire la vérité au risque de nous mettre tous en danger...combien de fois !? et là il me demande la bouche en cœur, me faisant le leçon que la vérité c'est difficile à dire ! oui bien sur ! j'ai pas envie d'avoir sur la conscience sa disparition et celle de ses proches même s'ils sont que des illusions...et je n'ai pas envie de terminer en prison et que mon frère se retrouve complétement seul ! comment il voulait que je lui dise cette putain de vérité ! franchement qu'il aille se faire cuire un œuf! j'ai fait un effort ! moi je connais rien non plus de sa vie  que je sache pourtant je le prend pas pour un monstre ! il  en a plus l'air que moi je vous assure !Je repris mon carnet que j’essuyai pour enlever toute trace de cet homme. Il voulais que je lui montre que je savais dessiner ! ok pas de problème ça me calmera le temps que je trouve une solution à sa demande stupide que je lui dise entièrement la vérité! et c'est quoi ça ma famille condamnée!? d’Où il peut dire ça ! Je leva les yeux vers lui, pouvant voir à nouveau j'allais pas me retenir de lui jeter un regard des plus noir. m'insulter d'accord...mais insulter ma famille

-de quel droit permettez vous de dire que ma famille a été accusée ! Accusée de rien du tout ! mon père était simplement un homme recherchant des criminel et un groupe de malfra a jugé bon de lui faire la leçon ...en aucun cas je vous permet pas d'insulter ma famille !

je desserra ma mâchoire et je détourna les yeux en fouillant dans mon sac pour prendre de quoi dessiner, j'ouvris le carnet encore fulminant de ce qu'il s'est permit alors que moi la seul chose dont j'ai supposer est qu'il ait une fille...j'ai jamais été aussi insultant que lui !Je posa la mine sur la feuille restant un moment en suspens pour arrêter mon tremblement d’énervement puis je débuta le dessin. rapidement je dessina une scène ou cet homme que je commençais à haïr de tout mon être combattait la Goulauke, je le représenta en plein saut , le dernier avant d'achever la créature. le dessin crayonné avait un côté dynamique, un peu caricaturale mais on reconnaissait parfaitement les trait d'Esteban...malheureusement...dès que je m'en sort je le met au feu ! Une foie terminé je lui tendis pour lui montrer

-cela vous va !? demandais je un peu sèchement peut être, je comprenait qu'il se méfie mais insulter ma famille alors qu'il ne me connais pas je ne peux pas franchement ...
Je me leva et je le regarda à nouveau

-je vais vous le répéter une dernière fois..alors écoutez bien...Je ne peux pas vous parler de mon origine pour votre sécurité comme la mienne ! si vous voulez la savoir découvrais la vous même en menant votre enquêtes mais ne me mettais pas dans votre sac je n'ai pas envie de laisser mon frère seul parce qu’on m'accuse d'avoir tout dis à un inconnu que je connais même pas qui insulte moi et mes proches ! je veux bien que vous soyez méfiant je le suis aussi énormément mais je vous demande pas ce que vous êtes et d’où vous venez ! bon certes je suis un position de faiblesse mais quand on se montre gentil, qu'on vous donne un présent ...vous pourriez essayer d'être un peu conciliant ...la méfiance c'est bien mais parfois trop vous oblige à blesser ce qui vous entoure...c'est bien vous êtes têtus mais si vous voulez la vérité absolument je préfère que vous prenez votre arme et me transpercer avec cela m’évitera de faire souffrir mon frère et d'avoir la souffrance de vos proches sur ma conscience !

je repris mon souffle et je continua à le regarder lui montrant que j’étais sur de moi et qu'il pouvait bien me tuer, peut importe ! bon mes jambe tremblèrent légèrement parce que bon même si je sais que je finirais dans la salle de réveille mourir c'est quand même quelque chose !
avatar
Il s'étonna de le voir s'énerver aussi rapidement. Il lui avait parlé de façon posée, en expliquant bien la situation et ce qu'il attendait de lui, et jusque là rien n'avait indiqué que cet être était du genre à bondir brusquement après quelques mots. Cependant sa réaction n'était pas si négative qu'elle aurait pu le laisser penser, parce-qu'étant spontanée elle en révélait bien plus sur lui que toutes ses phrases bridées et ses mensonges. Elle montrait un homme, ou une créature, réellement soucieux de sa famille, une valeur que partageait totalement Ileivàn et qu'il pouvait donc parfaitement comprendre. Bien sûr cet énervement était plus qu'exagéré et injustifié, il s'emportait sans réfléchir au sens des paroles qui lui avaient été adressées, mais Ileivàn voulait la vérité, le niveau intellectuel de l'inconnu ne l'intéressait pas tant qu'il ne lui nuisait pas directement.
Cependant, même s'il ne voyait pas de réel intérêt à répondre car la réaction de la créature lui suffisait en elle-même, il n'était pas dans sa nature de laisser ses propos être mal interprétés, aussi répondit-il.

« Étant donné votre réaction ce n'est probablement pas la première fois que vous devez la défendre. Vous sautez rapidement aux conclusions, comme si vous étiez habitué à ce qu'on pense de la façon que vous avez énoncée. J'ai utilisé le mot accusée, et une accusation peut être faite à tort. Toutefois il n'y a rien d'anormal à ce que vous vouliez défendre votre famille, c'est une valeur que je peux comprendre. » déclara-t-il.

Ayant dit cela il le regarda dessiner. Au début c'étaient juste des traits que beaucoup de personnes ayant déjà tenu un crayon auraient pu faire, mais petit à petit il vit naître sur la feuille une scène d'un réalisme plus flagrant, plus mature. L'image vivait, avait un vrai relief, les traits étaient sûrs, comme pour le reste des réalisations du carnet. Indéniablement il s'agissait du même auteur, et ce ne pouvait être du mimétisme car il avait dessiné une scène qui ne figurait pas dans ses archives, et pour une raison évidente, c'était lui-même, Ileivàn Estebrièn, qu'il avait dessiné. Pas de façon extrêmement fidèle, il était un peu plus ursin qu'il ne l'était réellement, plus effrayant aussi... Plus caricatural en somme, mais il n'avait pas dessiné n'importe quel homme, c'était évident. La goulauke était aussi très réaliste.
Il réfléchit un moment, contemplant le dessin, oubliant temporairement de répondre. Puis il leva les yeux vers l'inconnu.

« Ce dessin, vous voulez le garder ou vous pouvez me le donner ? » interrogea-t-il.

Il avait envie de le montrer à sa fille. Pour lui montrer les dangers de la forêt pour qu'elle soit prudente, et pour qu'elle ait un souvenir de son père s'il mourrait. Il aurait vraiment voulu avoir un portrait d'Eleina, pour lui et pour Katia. Il savait que les parents de sa défunte épouse en avaient au moins un, mais après sa fuite avec lui il ignorait s'ils l'avaient gardé, et il savait que de toute façon ils ne voudraient jamais lui en donner un, ni même accepter qu'on copie celui qu'ils avaient. Pourtant sa chère Eleina lui manquait encore tellement que souvent il revoyait son visage la nuit ou dans les moments calmes de sa journée, mais il craignait qu'un jour, quand il serait plus vieux, son image s'efface. Il craignait que Katia ne puisse jamais se faire une idée réelle de sa mère. Il lui parlait d'elle de temps en temps mais évitait de trop le faire pour qu'elle ne s'attarde pas sur cette perte. Elle savait que sa mère avait eu des cheveux blonds comme les siens, et était une femme magnifique, intelligente, parfois sauvage et parfois douce... Il supposait que son amour pour elle et sa volonté que sa fille en garde un bon souvenir lui faisait oublier ses défauts et exagérer ses qualités, mais il ne le voyait pas comme un problème dans l'immédiat, même s'il savait que plus tard il devrait faire en sorte que Katia trouve son identité propre et n'essaye pas de ressembler à l'idéal absolu que représentait Eleina pour lui.
Après ces pensées il s'efforça de se concentrer sur les paroles de l'inconnu et d'oublier sa nostalgie.
Encore sa rengaine sur la sécurité. Et quoi, s'il lui disait la vérité un dragon allait surgir et les brûler avec la forêt ? Des paroles au beau milieu des bois sans personne d'autre pour les écouter n'allaient rien faire de particulier, et ne pensant qu'à la sécurité de sa fille et ensuite à la sienne il ne ferait rien qui les mette en danger. Bien sûr qu'il ne lui demandait pas ce qu'il était et d'où il venait, qu'est-ce qu'il pouvait avoir à en faire ? Il était évident qu'il était un simple chasseur au milieu des bois comme il en existait tant d'autres, il n'y avait aucun mystère, tout en lui correspondait parfaitement à son cadre, rien chez lui n'était suspect. Il comparait ce qui n'était pas comparable, peut-être dans l'espoir de le troubler mais c'était encore un échec.
L'entendre lui dire qu'il lui avait donné un présent eut le mérite de lui faire avoir un sourire amusé. Un présent ! Il l'avait payé en échange d'un service, payé correctement certes, mais c'était un paiement et non un don. Quant à sa prétendue gentillesse, il n'avait pas l'impression qu'il avait eu un comportement autre que normal pour quelqu'un qui voulait se faire passer pour innocent, ce qui n'était en rien une preuve de ses réelles intentions et dispositions.
Essayer d'être conciliant... Comme s'il le pouvait avec ses responsabilités ! Il ne pouvait rien se permettre qui risque de mettre en danger sa fille, et se mettre en danger était lui nuire indirectement, il mesurait ses risques et en prenait déjà bien assez avec les proies qu'il pourchassait pour ne pas en rajouter avec un inconnu. L'aider dans des conditions contrôlées soit, mais être conciliant était un luxe qu'il ne pouvait pas se permettre.
Et maintenant il lui disait que s'il voulait la vérité il fallait qu'il le transperce. Étrange idée.
Il l'observa soigneusement. La vérité en le transperçant ? Il porta la main à son couteau le plus fin, le tira de son étui lentement. Il avait déjà tué, le sang ne lui faisait pas peur, et il voulait vraiment connaître la vérité. Au pire il éviterait définitivement le danger de cette créature à quiconque. Mais s'il était poursuivi et qu'on comprenait qu'il l'avait tué ? Si quelqu'un savait qu'il était entré dans ces bois et qu'on le traquait à son tour pour avoir découvert la vérité ? Il en doutait fortement, mais il ne pouvait rien laisser de côté.

« Que se passera-t-il si je le fais ? Vous n'allez même pas essayer de vous défendre ? Ou dois-je vous transpercer à un endroit particulier ? Vous savez très bien que si vous me dites la vérité personne ne le saura, je ne ferai rien d'autre que vous emmener en sécurité et cette histoire s'arrêtera là. Je n'ai pas le loisir de me préoccuper de vous au delà de ça, et je ne le ferai pas. Si vous transpercer peut me donner la vérité, je vais le faire, parce-que c'est mon devoir de m'assurer que vous ne représentez pas un danger. »

Il était sincère, il le ferait vraiment si c'était là une solution à son problème. Mais avant il voulait être certain que ce choix était le bon, ou au moins le seul envisageable.


Ileivàn Estebrièn.
avatar
Il me demandait s'il pouvait prendre le dessin ...qu'il le garde! de toute façon j'allais le bruler pour ne plus me rappeler cet épisode...je détacha prudemment la feuille de mon carnet et je la lui tendis

-oui vous pouvez la garder...je n'en ferait rien !

Voilà j'allais bientôt mourir pour renaitre ...il parait que cela fait autant mal qu'une vrais mort pour garder le réalisme. Je me demande si j'ai vraiment envie de mourir seulement pour préserver la vérité...ne soit pas idiot ! bien sur que tu as envie ! a moins que tu préfères souffrir 10 ans contre 3 petite seconde...3 petites secondes..c'est peut être légèrement plus...et s'il y a un autre beugue et qu'ils ne réussissent pas à me ressusciter ...l'idée en devient effrayante, terrifiante alors que j’étais plus sûr de moi il y a quelque minutes...je pris une grande inspiration et j’ajoutai

- si vous pouvez le faire à un endroit ou je ne peut souffrir cela m’arrangerais bien ! Qu'est ce qu'il va se passer...et bien je suppose qu'il va avoir du sang il est probable que mon corps ait un dernier sursaut avant de s’immobiliser pour se raidir et qu'après vous aurez un cadavre sur les bras...

Personne ne le saura sur le moment oui mais après peut être rien ne me dit qu'il n'allait pas parler diffuser l’information ...mais une idée me vient, quelque chose que je peut certainement dire sans que les foudres s’abattent sur moi et qui j'espère apaisera sa soif de curiosité et de recherche de vérité !

-Ce que je peux vous dire, c'est que vous avez certainement peut être déjà rencontré des gens de mon espèce sans que cela vous pose problème...je suis sur que dans le villages des mineurs vous avez déjà entendu parler d'un étranger ou plusieurs qui ont aider les mineurs dans le nettoyages des mines ou bien entendus parler les actions d'une personnes dont personnes n'a entendus parler qui ont sauver un villages ou bien autre actes pouvant être juger héroïque...et bien souvent ses gens là font partit de mon espèces...nous sommes pacifiques, nous vous aidons et nous vous voulons aucun mal...la seul chose est qu'on doit rien dire sur nos origines..au risque de nuire à l'équilibre...mais certaine personne en parle alors si vous voulez vraiment le savoir vous n'avez qu'a observer plus attentivement les voyageurs voulant aider les mineurs et parler avec celui qui vous paraitra le plus étrange vous aurez de la chance et il vous dira tout..mais après n'allez pas dire que je ne vous auriez pas prévenus quand vous vous rendrez compte que savoir la vérité n'engendrera rien de bon pour votre vie !

peut être allait il enfin comprendre...je lui en ai quand même beaucoup dit..;il aura certainement pas de raison de me tuer et je vais enfin pouvoir me rendre au village le plus proche sans plus rien risquer...je croise les doigts pour qui ne m'en demande pas plus...je l'ai bien aidé...peut être trop d’ailleurs mais bon...
avatar
Lorsque l'être l'autorisa à conserver le dessin il le remercia sincèrement, puis ouvrit son sac pour y trouver sa meilleure peau tannée et enrouler la représentation à l'intérieur, ficelant le tout pour qu'il résiste à son transport. Katia pourrait voir son père, et le conserver aussi longtemps qu'elle le voudrait. S'il mourrait elle aurait au moins un souvenir de lui tandis que dans sa mémoire d'enfant son visage réel s'effacerait. Pour cela il était reconnaissant envers l'inconnu, même s'il ne l'était pas au point de ne plus le considérer comme un danger potentiel.

La réponse qu'il lui fit en premier lieu concernant la preuve de sa nature fut loin de celle qu'il aurait pu imaginer. Il décrivait un phénomène d'une banalité affligeante, qui ne serait en rien une preuve de quoi que ce soit et ne l'aiderait en rien à découvrir la vérité. Pourquoi lui demander de le transpercer pour obtenir la vérité si c'était pour seulement mourir sans autre effet ? Tout cela ressemblait à une machination pour essayer de voir s'il serait capable de le tuer, s'il oserait le faire. Et comme l'idée d'être manipulé lui était insupportable, il eut un instant la tentation d'en finir une bonne fois pour toutes en l'épinglant de façon sanglante au tronc le plus proche.
Mais Ileivàn, même devenu asocial et presque sauvage, n'était pas un meurtrier dans l'âme, aussi son élan spontané fut-il freiné par sa nature profonde. Il écouta donc ce que ce Ryuuk avait à lui dire d'autre, puisque l'inconnu avait visiblement encore envie de parler avant de s'exposer à sa fin.
Son propos manqua de le faire rire. Il n'esquissa pourtant pas même un sourire, son visage restant de marbre, mais la soi-disant explication était tellement ridicule qu'il se demanda quel était le niveau intellectuel de cet étranger au delà de sa piètre capacité à mentir. Comment pouvait-il croire que son invention serait crédible ? Il le pensait sans doute un ignorant des campagnes capable d'avaler n'importe quel récit mystique. Mais des hommes cherchant la gloire ou les récompenses matérielles il en avait vus plusieurs dans sa vie, et il savait qu'ils n'appartenaient pas à une espèce différente sinon à celle des mercenaires. Certains ressemblaient plus à des chevaliers honorables cherchant seulement le bien de la population, mais derrière ces apparences son esprit pour le moins critique envers la société ne voyait qu'une autre forme de recherche de gloire.
Ils n'appartenaient en rien à une autre espèce, et ce type maigre et incapable de s'orienter était pour le moins éloigné de n'importe quel mercenaire, même débutant.

« Vous n'avez toujours pas compris que vos fables ne fonctionnaient pas avec moi, vous n'apprenez pas vite. déplora-t-il.
Vous êtes peut-être seulement idiot et pas dangereux. » conclut-il en rangeant sa lame au fourreau.

Il remit son sac sur son dos, prit la direction qui les rapprocherait de la route sur laquelle il voulait mettre le voyageur.

« Venez, je ne vais pas vous tuer, visiblement ça n'aurait absolument aucun intérêt. Peut-être que vous êtes un voleur et un criminel mythomane, peut-être que vous êtes une créature mimétique, mais en tout cas vous n'êtes pas très intelligent et vous n'avez pas l'air de vouloir commettre un autre crime. » déclara-t-il.

Cela fait il ne se préoccupa plus de lui que pour être certain qu'il le suivait et ne s'approchait pas non plus trop près. Même si leur rencontre lui avait épargné une chasse en échange d'une Pierre de Ciel ce n'était pas pour autant qu'il rentrerait plus tôt, la route était assez loin et surtout il ne comptait pas le laisser trop près de son village. Sans compter que l'inconnu ne semblait pas fait pour marcher longtemps sans pause, et qu'ils devraient s'arrêter pour déjeuner au moins quelques minutes, malgré les nombreux arrêts déjà causés par le mythomane. Autrement dit ils n'atteindraient probablement pas l'endroit où il voulait le laisser avant que la nuit ne commence à tomber, et ensuite il devrait faire le chemin inverse pour récupérer le produit de sa chasse, disséminé dans différentes caches. Parfois il avait envie d'avoir encore au moins un domestique pour se charger des tâches qui ne nécessitaient pas de talent particulier ou de surveillance spéciale... Mais il ne voulait pas permettre à qui que ce soit d'habiter près de sa fille, et de toute façon il n'avait pas de quoi payer un domestique... Il y avait bien la possibilité d'un esclave, mais les bons esclaves étaient chers, et il n'était pas sûr de pouvoir faire davantage confiance à un esclave qu'à un domestique libre, à moins de s'attacher son affection et sa dévotion, ce qui prendrait forcément du temps. Enfin la question ne se posait pas pour l'heure, il n'avait pas le luxe de ce genre d'achat, il ne pouvait se permettre que des choses vraiment essentielles au bien-être de sa fille et à sa propre survie dans des conditions raisonnables.


Ileivàn Estebrièn.
avatar
Je l'observais ranger mon dessin avec attention, je fus satisfait de la manière dont il en prit soin. Au moins malgré ses actions d'homme Neandertal il avait quelque civilité !

Fiouu, il me prenait pour un idiot...bah tant pis qu'il pense ce qu'il veux! je suis vivant et il me fait sortir d'ici ! tout ce que je veux ! en plus il ne cherche plus a savoir la vérité ! plus que parfait ! de toute façon il ne comprendrait pas quoi que je dise il ne comprendrait pas...je lui ai dit une part de vérité et il ne m'a pas cru alors imaginez que lui dise entièrement lé vérité ! il me prendrait pour un fou en plus d'être un idiot ! en tout cas il est assez insultant ! mais je vais laissez couler...il faut rester calme !serein...je verrais bientôt plus sa tête ! mouahahaha ! se sera une sorte de victoire! plus jamais j'irais dans cette forêt ! c'est décidé !

-ce n'est pas une fable, mais pensez ce que vous voulez ...que je sois stupide pour vous m'importe peu ! tant que vous comprenez que je ne veux pas de mal et que vous m'emmenez sur une route où je pourrez retrouver mon chemin c'est très bien ! et puis je suis un idiot avec un talent alors je m'en pleins pas !

Ajoutais-je avec humour, oui je sais en faire ! un peu...de temps à autre...rarement...bref...je faisait référence à mon talent pour les arts...bien qu'on pense qu'il ne faille pas grand-chose pour dessiner c'était complètement faux il fallait avoir un bon regard et ressentir les choses, avoir une bonne mémoire! Je n'avais pas souris. Ce qui pouvait la faire passer pour plus que sérieuse....mais bon le principale c'est que moi je comprends que ce soit une blague. Je le suivis à une certaine distance, sans perdre le rythme, il me croyait faible mais j'avais de l'endurance, c'était juste ma vue qui était défaillante...pas mon corps. Mon physique était en excellente santé ! je préférais garder le silence...parce qu' un je n'aimais pas parler, de deux je pense avoir trop parlé avec cet homme...de trois il n'avait pas l'air d'aimer parler non plus ! alors tant mieux non ! et plus vite on avance, plus vite on sera tout deux débarrassés l'un de l'autre car, j'étais sûr qu'il avait envie que d'une chose de récupérer sa viande et de retrouver sa fille!
avatar
«  C'est vrai. admit-il à la dernière phrase de l'étranger.
A se demander comment quelqu'un qui dessine aussi bien a pu tourner aussi mal, mais le talent et le sens moral sont deux choses différentes. » commenta-t-il.

Il n'ajouta rien, ne le trouvant pas nécessaire. Comme ce Ryuuk l'avait dit, ils avaient un but à atteindre et c'était sur celui-ci qu'il devait se concentrer.
Durant une heure ils marchèrent dans la forêt sans qu'il ne semble possible de distinguer la moindre piste, mais Ileivàn paraissait savoir parfaitement où ils allaient. Il enjambait avec aisance les obstacles ou les contournait sans jamais perdre sa direction, et pourtant il ne se servait d'aucune boussole. Il connaissait bien l'usage de cet instrument mais même s'il en avait possédé une autrefois il l'avait vendue depuis, et il n'en avait pas besoin dans ces terres qu'il connaissait. S'il lui arrivait de se perdre quelques fois après qu'une tempête ait saccagé le paysage ou lorsqu'il était vraiment épuisé il finissait toujours par retrouver son chemin, sachant lire les signes de la forêt ou du ciel. Savoir où il allait lui permettait de rester concentré sur les dangers qu'ils pouvaient rencontrer, et à peu près une demi-heure après qu'ils aient terminé leur conversation il arrêta son employeur d'un geste. Un énorme serpent vert et brun était enroulé autour de la branche d'un arbre. Il indiqua une direction sur leur droite et contourna largement l'animal. C'était une espèce particulièrement redoutable dont les couleurs lui permettaient de se fondre dans la nature en cette saison, et son poison était mortel pour un homme, même bien constitué, en près de dix minutes, sans compter sa capacité à s'enrouler autour de ses victimes et de serrer leur chair pour les étouffer.
Quand ils l'eurent contourné suffisamment il se retourna et vérifia sa position. Le reptile n'avait pas bougé, ils pouvaient donc continuer sans plus se soucier de lui. Ils étaient assez rares dans cette région, trop fraîche la plupart du temps, mais en été il arrivait qu'il en rencontre un. S'il savait qu'il devrait s'arrêter bientôt pour la nuit il le tuait mais sinon il préférait le contourner pour ne pas prendre de risques inutiles. En règle générale Ileivàn ne s'en prenait qu'aux animaux qui présentaient un risque évident ou une nécessité pour son mode de vie, il avait une certaine conscience de l'équilibre nécessaire de la nature, même s'il n'avait jamais eu dans son entourage quelqu'un qui s'en soucie vraiment. Eleina aimait les plantes de toutes sortes, les chats et les oiseaux, mais c'était une citadine et elle n'avait sans doute jamais fait attention aux implications de la faune et de la flore sur l'ensemble du continent. Ainsi le jeune homme ne craignait pas les Gardiens, car pour lui ils ne pouvaient rien avoir à lui reprocher bien qu'il vive principalement de la chasse.
Il ne craignait pas non plus les dieux, car à vrai dire il n'était pas certain de croire à leur existence, mais en revanche la magie le laissait méfiant et il ne se serait séparé de son amulette pour rien au monde hormis la sécurité de sa fille. Mais Katia n'avait pas besoin d'un tel objet, au village la magie était presque inexistante, deux personnes possédaient bien un artefact mais leur pouvoir était faible et ne pouvait pas lui nuire, l'un aidant à soigner les bêtes et l'autre à garder les insectes hors de la maison.

« On s'arrête ici. annonça-t-il quand le soleil eut dépassé d'une heure environ le zénith.
Il vous reste de la nourriture ? » interrogea-t-il en avisant un rocher près du ruisseau qu'il avait choisi pour point de chute temporaire.

Il s'avança vers le rocher, vérifiant en même temps les alentours, retira son sac avant de s'asseoir sur la grosse pierre d'un gris tendre incrusté de paillettes de quartz. L'endroit était dégagé sur une dizaine de mètres carrés, entouré de broussailles,  le ruisseau bordé de pierres adoucies par son débit, l'herbe poussant dans le plus grand désordre, assez haute en cette saison dans les lieux ensoleillés comme celui-ci. Des arbres étendaient leurs branches feuillues au dessus d'eux, filtrant un peu la lumière, mais les rayons solaires les transperçaient en une pluie tombant en silence et laissant voir quelques poussières en suspension dans l'air.
Les oiseaux s'étaient tus à leur approche mais ils finirent par reprendre leur chant quand ils comprirent qu'ils ne faisaient qu'une halte. Ileivàn avait choisi une place d'où il pourrait voir facilement la majeure partie des lieux d'où pourraient venir les dangers et où son dos serait chauffé par le soleil. Il retira ses gants et dégagea ses cheveux de sa veste, puis après réflexion la retira carrément, se levant un instant. Sans, sa silhouette restait imposante, d'autant plus qu'on devinait mieux sa musculature sous sa tunique brune, mais il semblait tout de même moins massif. Il laissa le vêtement sur une pierre plus plate à côté de lui, et commença à sortir ce dont il aurait besoin de son sac.


Ileivàn Estebrièn.
 

Une rencontre qui ne s'oublie pas [Ileivàn - Terminée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Poster avec [Changer]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Trois Iles :: Le Grand Royaume :: Valonie :: La forêt Caastial et les montagnes d'Altla :: Ursuia et alentours-
Fermer
Guide de démarrage
Voir le guide complet
Convertisseurs

Temps Universel : Années du calendrier terrestre
Temps Cité : Année 0 = l'humanité entière vit dans la Cité
Temps Continent : Année 0 = l'humanité vivant sur le Continent a débuté son calendrier
OceinSyblinValin
Carte du continent
Pour les écrans de moins de x : ouvrir dans un nouvel onglet