AccueilAccueil  NouvellesNouvelles  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum de RP mêlant une ambiance futuriste et un vaste continent moyenâgeux

Partagez | 

Voir le sujet précédent La Confrérie d'Ystentrigues Voir le sujet suivant

Equipe administrative
avatar
Aller en basRevenir en haut
MessageLa Confrérie d'Ystentrigues
Mer 20 Avr 2016 - 10:06
La confrérie d'Ystentrigues

Nous sommes un ordre religieux universel : nous sommes à la fois pluriel et un.
Nous vénérons tous les enfants d'Oséphon, lui-même fils d'Itérion.
Nous bénissons la vie, nous étudions la mort.
Notre devoir est de consacrer notre vie à atteindre la perfection de notre enseignement.
Nous faisons part des messages des dieux sans adjoindre nos sentiments personnels.
Nous nous consacrons uniquement à l’étude, à la méditation et à l'entrainement physique et spirituel.
[...]
Chaque homme ou femme entrant dans la confrérie jure de respecter les dieux et d'être fidèle à celui qu'il aura choisi de servir. Vous devez promettre de suivre les vœux annoncés aux dieux. Vos erreurs sont de votre responsabilité, la confrérie sera des plus strictes devant un égarement.
Vous devez fidélité à la Confrérie, votre travail lui doit être bénéfique et en échange elle vous doit l'hospitalité.
Extraits de la Règle de la Confrérie


  1. Pourquoi la confrérie d'Ystentrigues ?

  2. Il y a très longtemps, vers 260, 7 hommes et femmes se réunirent en secret dans un petit village tout au nord de la Valonie.
    Ils prirent la décision de créer un groupe qui de manière neutre et sans attache gouvernementale assurerait le respect des dieux. Mais alors qu'ils étaient en train de concrétiser les accords, le village subit un lourd tremblement de terre, comme si le village et ses habitants se faisaient dévorer par la terre. Les 7 créateurs de la Confrérie perdirent un des leurs ce jours-là. Ils passèrent de l'autre côté, en Occinaru, où ils traversèrent un marais qui leur sembla d'un commun accord idéal pour leur projet.
    L'aura mystérieuse qui entourait les lieux permettait de préserver leur secret. Ils pactisèrent avec le gardien, ce qui leur permit d’établir un temple sur les terres les plus sèches du marais.
    En l'honneur de l'endroit où ils avaient décidé de la création de la Confrérie, ainsi qu'en mémoire de leur ami défunt, il baptisèrent la confrérie Ystentrigues, le nom de ce village perdu à jamais.
    Après que le temple principal fut construit, ils se séparèrent. L'un resta au temple principal et les 5 autres allèrent propager les paroles des dieux et de la Confrérie à travers les royaumes.
    Les dieux déjà bien présents dans le quotidien de chacun, il leur fut facile de gagner en popularité et de poser le siège de leur notoriété. Ainsi en quelques années la Confrérie d'Ystentrigues naquit et s'étendit jusqu'à devenir incontournable !



  3. Pour y entrer

  4. Pour entrer dans la Confrérie, le principe en lui-même est simple, il suffit de rejoindre un monastère et de prononcer un vœu auprès d’une divinité, pour entrer par la suite à son service.
    Selon les capacités de la personne il lui sera attribué un travail ou une formation au sein de la communauté. La difficulté réside dans le fait qu’il faut faire ses preuves.
    Il est nécessaire de s’intégrer au mode de vie de la Confrérie, le respecter et l’appliquer.
    Si votre vœu le permet, vous pouvez entrer dans la Confrérie en ayant une famille, elle sera prise en charge par celle-ci.

    Pour espérer étudier la magie il faudra d'abord devenir disciple puis rejoindre le monastère du Marsec.
    Deux conditions sont ensuite requises pour commencer l'apprentissage, posséder un grimoire et trouver un maître. L'un et l'autre peuvent être obtenus dans un ordre indifférent, mais il est souvent conseillé de commencer par le grimoire, puisqu'il est l'expression directe de la volonté des dieux, et que sans lui un maître ne pourra former son élève. De plus certains mages estiment que l’obtention d'un grimoire est une épreuve préalable, et n'étudieront aucune demande de disciple dépourvu de grimoire.



  5. La hiérarchie

  6. La hiérarchie tient une place importante dans la Confrérie d’Ystentrigues. Chaque monastère fonctionne avec une discipline rigoureuse et une forte hiérarchisation.
    A l’arrivé dans le monastère le nouvel arrivant se retrouve au plus bas de l’échelle quel que soit son métier, en tant qu’aspirant disciple. Une fois sa détermination reconnue, il deviendra disciple. S'il en a les capacités et la volonté il pourra alors chercher à atteindre le rang de maître.
    De rares élus particulièrement doués et volontaires peuvent espérer terminer leur carrière avec le rang de grand maître.
    Au-dessus de tous les grands maîtres se trouve le Grand Mage, à la tête de la Confrérie. Comme son nom l'indique, il ne peut être choisi que parmi ceux dont la magie est le domaine de prédilection.

    La hiérarchie de la Confrérie :
    1. Le Grand Mage
    2. Les grands maîtres
    3. Les maîtres
    4. Les disciples
    5. Les aspirants disciples

    Toutes les disciplines sont officiellement jugées comme égales, chaque activité permettant aux temples de fonctionner. La hiérarchisation se fait donc uniquement sur le rang dans les disciplines. Un maître cuisinier aura autant de voix qu’un maître scribe ou un maître médecin.
    Cependant éleveurs et agriculteurs ne peuvent atteindre le rang de grand maître. Bien qu'ils puissent œuvrer au nom d'autres dieux que Gen'himir ils doivent néanmoins respecter son domaine et rester humbles selon son souhait.
    La tradition et l'usage ne suivent pourtant pas toujours ce principe d'équité, puisque les mages de haut rang y font exception, seuls à pouvoir briguer le poste de chef suprême de la Confrérie.

    Il faut également noter que cette hiérarchie générale a pour but de permettre aux différents cultes de s'accorder sur des rangs communs, mais qu'au sein de nombreux cultes des rangs particuliers y sont associés, et les remplacent généralement dans le vocabulaire courant. On pourra par exemple citer les chevaliers au service du dieu Sohal'Vor.

    Lors du passage à un rang supérieur il est souvent bien vu de prononcer un vœu supplémentaire. Ce n'est toutefois pas une obligation, surtout si le premier engagement est déjà très difficile à respecter.


    Le cas des prêtres : Les prêtres sont des officiants, qui le plus souvent instruisent la population au sujet du culte qu'ils représentent mais peuvent également présider à certaines cérémonies, ou même participer à des rituels de purification ou d'exorcisme.
    Il faut avoir atteint le rang de disciple avant de pouvoir devenir prêtre, mais il est possible de commencer ses études dès son entrée dans la Confrérie. Il existe des prêtres de tous rangs à partir de disciple et jusqu'à grand maître. Le Grand Mage n'est pas considéré comme un prêtre, puisqu'il ne peut se consacrer à un seul dieu étant donné son statut.



  7. Les femmes dans la Confrérie

  8. Puisqu'il a été décidé que la magie ne serait pas enseignée aux femmes à cause de la nature-même de la magie féminine, la Confrérie a choisi de contrebalancer cet édit par un titre réservé aux femmes, celui de Mère, propre à toutes les communautés religieuses.
    Ainsi chaque lieu consacré à un ou plusieurs dieux, même le temple d’Ystentrigues, est régi par une femme.
    Elles organisent le vie du temple, gèrent les finances et s’occupent de résoudre chaque problème au sein de la communauté, qu'il soit moral ou matériel.
    Cette restriction concernant la magie n'empêche cependant pas les femmes d'exercer toute activité utile aux temples dans la mesure de leurs capacités, du moment qu'aucune magie n'est requise. Certains lieux sacrés sont même majoritairement féminins, comme quelques retraites réservées aux femmes ayant subi de mauvais traitements.

    Pour en savoir plus au sujet des femmes et de la magie vous pouvez consulter cet article.



  9. Les mages d’Ystentrigues

  10. Les mages d’Ystentrigues sont peu nombreux mais ont toute leur importance pour la Confrérie. En plus d'entretenir une aura de mystère, ce sont eux qui lui rapportent le plus de revenus.
    Être mage est assez particulier. C'est un métier pouvant être manuel, intellectuel, fastidieux, dangereux et qui demande beaucoup d’investissement. Il ne suffit pas de le vouloir pour être mage, car l'obtention du grimoire ne peut se faire que si le dieu qui l'a créé l'accepte et que le Gardien laisse le candidat y accéder.

    Les grimoires ne peuvent se trouver qu’auprès de deux gardiens, celui de la forêt de Bilimd et celui du marécage du Marsec. Ce n'est qu'après validation d'un test établi par le gardien que le disciple peut le recevoir. Lors de sa réception le grimoire est vierge, en dehors des règles inscrites par le dieu l'ayant créé.
    Les pages se rempliront petit à petit de formules magiques en fonction de ce que le mage étudiera et découvrira. Par exemple si un mage travaille sur des notions en médecine son grimoire peut se remplir de formules de soins. Un mage étudiant la botanique va se voir confier la localisation de lieux fertiles ou des sorts facilitant l'entretient des plantes.
    Seule l'imagination est un obstacle quand il y a de l'assiduité dans les efforts fournis et dans le suivi des règles !

    Les indications données par les dieux diffèrent selon la divinité. Certaines donnent une mission pour orienter les recherches, d'autres des principes à respecter faisant échos aux vœux.

    Les recherches sont encadrées par les maîtres et il est interdit d'en mener qui puissent entraîner l’infidélité envers les dieux.
    Si les règles divines ne sont pas suivies des pages peuvent brûler, réduisant la possibilité d’avoir des sorts jusqu’à ce que le grimoire se consume. Le mage est dans ce cas radié de la Confrérie.
    Les recherches sur les mystères de la vie et de la mort ne sont pas vues d’un très bon œil à cause du caractère sacré et intouchable de ces deux composantes de la balance universelle. L'histoire de la Confrérie a cependant été marquée par quelques mages médecins ayant tourné leurs recherches vers ces domaines.
    Un apprenti mage doit suivre un maître pendant dix ans avant de pouvoir poursuivre seul ses études. Pour qu’un mage puisse prendre un élève il doit passer des examens, organisés chaque année au temple d’Ystentrigues.

    Les mages autorisés par la Confrérie à pratiquer l'enchantement sont très sollicités par la population, cependant ils ne peuvent déroger aux règles de leur dieu et n'agiront pas sans une raison convaincante, et dans la plupart des cas ils demanderont une contribution pour leur culte. Les requérants doivent donc s'assurer d'avoir une très bonne raison et des arguments matériels, sans quoi ils risquent de repartir sans le moindre objet magique.



  11. Les règles de vie dans les temples

  12. Chaque temple gère son règlement comme il l'entend, ce qui explique une certaine disparité dans la sévérité observée.
    La plupart s'appuient tout de même sur des règles générales préconisées par la Confrérie, mais il n'est pas rare que les Mères s'en inspirent pour édicter des règles de conduite additionnelles propres à leur temple, ou les modifient légèrement.

    Voici la liste préconisée par la Confrérie :
    • Respecter les vœux de chacun
    • Respecter autrui
    • Respecter les horaires des temples. Aucun retard aux repas ou aux cérémonies ne sera accepté
    • Respecter les biens matériels du temple
    • Tout appartient au temple en dehors des stricts effets personnels apportés lors de l'accès au temple
    • Toutes les tâches doivent être accomplies avec rigueur et application
    • La réputation de la Confrérie est importante, quel que soit le lieu où se trouve le temple vous devez lui faire honneur
    • Tout crime est commis au nom d'un dieu et non de la Confrérie, et peut être ou sera puni par les dieux comme par la justice locale.
    • En cas de plainte envers un membre de la Confrérie son cas sera jugé selon son culte, ses vœux et ses actes. Si la Confrérie le juge nécessaire des mesures internes seront prises.
    • Les temples ne peuvent entrer en guerre, seulement se protéger contre les attaques menées contre eux



  13. Informations supplémentaires

  14. Le pèlerinage peut se faire par la visite de chaque temple dédié à un même dieu, ou pour ceux qui ne peuvent se le permettre en se rendant directement au temple d'Ystentrigues où un village de pèlerins s'est formé.
    Lors des deux grandes cérémonies qui célèbrent les solstices d'hiver et d'été le village s'agrandit et la foule de pèlerins est impressionnante.
    Lors de l'examen des mages pour passer maître ou grand maître les démonstrations de pouvoirs attirent aussi une foule de curieux dans ce village, ainsi que divers commerçants. C’est aussi à ce moment-là qu'il est le plus facile de trouver des mages pour leur demander un service.


    Il existe d'autres monastères importants en dehors de celui du Marsec, comme Rocestroit, connu pour son austérité et Vertcourt, n'abritant que des femmes. Pour en savoir plus à leur sujet vous pouvez consulter les lieux supplémentaires disponibles.

 

La Confrérie d'Ystentrigues

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Poster avec [Changer]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Trois Iles :: Prologue :: Il était une fois... :: Pour en savoir plus :: Manuel du Continent-
Fermer
Guide de démarrage
Voir le guide complet
Convertisseurs

Temps Universel : Années du calendrier terrestre
Temps Cité : Année 0 = l'humanité entière vit dans la Cité
Temps Continent : Année 0 = l'humanité vivant sur le Continent a débuté son calendrier
OceinSyblinValin
Carte du continent
Pour les écrans de moins de x : ouvrir dans un nouvel onglet